La résistance contre «la dérive pharaonique» de Macron (vidéos, photos)

© SputnikDes manifestants à République, 03.07.2017
Des manifestants à République, 03.07.2017 - Sputnik Afrique
Un front de lutte sociale a afflué lundi soir vers la place de la République, ce après que les députés de La France insoumise ont refusé de participer au congrès convoqué par le Président de la République. Découvrez avec Sputnik l'ambiance de cette action ayant pour objectif de «dénoncer la dérive pharaonique de la monarchie présidentielle».

French President Emmanuel Macron listens as Paris Mayor Anne Hidalgo delivers her speech during a ceremony at the Hotel de Ville in Paris, France, May 14, 2017. - Sputnik Afrique
«Jupiter» ou le «Roi-Sommeil»: les internautes sur le discours de Macron à Versailles
Un front de lutte sociale a afflué lundi soir vers la place de la République, ce après que les députés de La France insoumise ont refusé de participer au congrès convoqué par le Président de la République. Découvrez avec Sputnik l'ambiance de cette action ayant pour objectif de «dénoncer la dérive pharaonique de la monarchie présidentielle».

Après avoir boycotté le congrès convoqué par le chef d'État français, ils sont descendus sur les rues de la capitale pour appeler à la «résistance» face au «monarque» Macron et à sa «dérive pharaonique». Sputnik relaye le sentiment qui règne à la manifestation depuis la place de la République.

Ce grand rassemblement pacifique, organisé par Jean-Luc Mélenchon et les députés de La France insoumise, a réuni quelque 1.000 personnes venues protester contre les ordonnances Macron sur le code du travail et contre la prorogation de l'État d'urgence.

Les militants de la lutte sociale espèrent que cette action sera répétée pendant l'été.

Indignés par les décisions du nouveau Président, ce front estime qu'«en convoquant le parlement en congrès à Versailles, en voulant détruire le code du travail par ordonnances, en voulant faire entrer l'état d'urgence dans le droit commun», Emmanuel Macron ne fait que multiplier des «coups de force».

Les participants arboraient des pancartes «Je suis rien» et scandaient «Résistance», certains criaient «Qu'il se dégage» parlant de Macron, agacés par «sa monarchie» n'ayant rien à voir avec l'ordre démocratique.

«Nous qui ne sommes rien, nous disons: soyons tout!», a déclaré depuis les tribunes leur meneur Jean-Luc Mélenchon qui a d'ailleurs invité ses partisans à se réunir à nouveau place de la République le 12 juillet.

Intervenant devant le congrès à Versailles, Emmanuel Macron a annoncé que l'état d'urgence établi en France à la suite des attentats de 2015 serait levé cet automne. En cela, le parlement sera appelé à voter de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte antiterroriste.

Parmi d'autres projets, le chef d'État a confirmé son initiative de «réduction d'un tiers» du nombre de députés, passant ainsi de 577 à 348, et de sénateurs, et a proposé que le parlement soit élu avec une dose de proportionnelle, «pour que toutes les sensibilités y soient justement représentées» et de limiter le cumul dans le temps des mandats des parlementaires. En outre, lors de son discours, M.Macron a proposé de supprimer la Cour de justice de la République.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала