Le menu du dîner du G20, une question politique?

Les invités du G20 à Hambourg participeront à un dîner solennel vendredi: il se dit même que le menu aurait été discuté en personne par la chancelière allemande Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine.

Wladimir Putin und Angela Merkel in Sotschi - Sputnik Afrique
Compter jusqu'à 20: les défis du sommet du G20 à Hambourg
Soupe aux champignons matsutake, crevettes au thé et crabes aux oranges: tel était le menu du dîner du G20 l'an dernier à Hangzhou, en Chine. Cette fois, le sommet se tient en Allemagne et on peut donc s'attendre à retrouver des plats allemands sur la table. «Pas question pour autant d'organiser un festin royal, explique le président de la Fédération des restaurateurs et des hôteliers de Russie Igor Boukharov. Il y a une certaine norme. Personne n'organise aujourd'hui des banquets royaux avec des esturgeons. Beaucoup préfèrent se rencontrer dans les restaurants de la ville».

L'organisation de tels dîners d'envergure mondiale est prise en charge par de grandes entreprises de renommée. Elles contactent les représentants des invités et évoquent tous les détails, y compris avec les cuisiniers des chefs d'État et leur service de sécurité. En effet, la sécurité s'invite aussi à la table des chefs d'État: après le sommet du G20 à Brisbane (Australie) en 2014, la revue The Daily Mail avait rapporté que Vladimir Poutine était accompagné d'un dégustateur pour vérifier si les plats étaient empoisonnés. Anatoli Galkine, qui a travaillé au Kremlin pendant 30 ans, a déclaré que c'était faux: le processus de préparation peut être contrôlé par le cuisinier personnel du président, mais c'est le service de sécurité qui s'en occupe en général.

A G20 protest sign is seen in front of a row of police men during a demonstration against the ban of Hamburg's authorities of a G20 protestors camp in the Stadtpark park in Hamburg, Germany June 26, 2017. - Sputnik Afrique
G20 à Hambourg: des mesures de sécurité sans précédent
L'agenda politique peut aussi parfois se refléter dans le menu. Par exemple, en mai 2014 pendant la rencontre de Vladimir Poutine avec un groupe de journalistes étrangers dans les couloirs du forum économique de Saint-Pétersbourg, il leur a été servi un plat appelé Crimean flounder, ce qui pourrait se traduire comme «plie criméenne» ou «complication criméenne».

Pendant le G20 en Turquie, le menu pour les invités avait été traduit en russe de manière assez insolite: par exemple, en pleine vague de sanctions le plat de volaille s'appelait «le retour de la viande», et la salade de légumes avait été nommée «arc-en-ciel végétal».

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала