Le tournoi de Wimbledon était dans la mire de Daech

Daech a appelé ses partisans à perpétrer un attentat semblable à celui commis au Manchester Arena pendant un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande, qui a fait 22 morts et près de 120 blessés. Cette fois-ci, c'est le tournoi de tennis à Wimbledon qui était dans le viseur des terroristes.

Les terroristes utilisent souvent la messagerie cryptée Telegram pour communiquer entre eux. Les derniers évènements n'ont pas fait exception à la règle: un canal de Telegram a diffusé les appels parmi les partisans de Daech à commettre des attentats lors du tournoi de tennis à Wimbledon, annonce le journal économique International Business Times, citant le renseignement britannique.

«Un canal des partisans de Daech a exhorté les terroristes à commettre des attentats lors du tournoi de tennis de Wimbledon, il a également diffusé une carte du lieu du tournoi et proposé d'organiser une attaque similaire à celle qui a eu lieu au stade Manchester Arena, le 22 mai», a indiqué une source au sein du renseignement.

Un attentat-suicide a été perpétré le 22 mai à la Manchester Arena pendant un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande. Le kamikaze, Salman Abedi, âgé de 22 ans, était un fils de réfugiés libyens, né au Royaume-Uni. Le groupe terroriste Daech a revendiqué l'attaque qui a fait 22 morts, dont 12 enfants, ainsi que plus d'une centaine de blessés.

Мессенджер Telegram может быть заблокирован Роскомнадзором - Sputnik Afrique
Attentat de Saint-Pétersbourg: le FSB dévoile comment communiquaient les terroristes
Selon le FSB, Telegram, application créée en 2013 en Russie, est la messagerie la plus utilisée par les terroristes pour communiquer sur le territoire russe ainsi qu'avec leurs superviseurs étrangers, car elle permet de «créer des conversations secrètes avec un haut niveau de cryptage des informations transmises».

Ainsi, le terroriste-kamikaze, ses collaborateurs et son superviseur étranger ont utilisé Telegram pour orchestrer l'attentat qui tué 16 personnes le 3 avril dans le métro de Saint-Pétersbourg, a dévoilé lundi le Service fédéral de sécurité (FSB) dans un communiqué.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала