Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

LREM: nouveau média pour nouvelle opération de communication

© AFP 2021 GEOFFROY VAN DER HASSELT French Minister of Territorial Cohesion Richard Ferrand (C) delivers a speech during a campaign meeting for the 90 La Republique en Marche (REM) party candidates in the Ile-de-France region for the upcoming legislative elections, on May 23, 2017, in Aubervilliers, near Paris.
French Minister of Territorial Cohesion Richard Ferrand (C) delivers a speech during a campaign meeting for the 90 La Republique en Marche (REM) party candidates in the Ile-de-France region for the upcoming legislative elections, on May 23, 2017, in Aubervilliers, near Paris. - Sputnik France
S'abonner
Nouveau venu dans le paysage médiatique français: En Marche.

Le parti politique du président a en effet annoncé lors de sa première «convention» qu'il lançait un média pour diffuser les initiatives des adhérents sur le terrain et pour aller là où les journalistes n'iraient pas. Énième technique de communication pour renforcer l'hégémonie d'En Marche?

Médias - Sputnik France
Après la majorité à l’Assemblée, LREM compte se constituer en média
En Marche crée son propre média. Une initiative annoncée lors de la «convention» de La République En Marche qui peut choquer dans le contexte tendu entre Macron et les médias traditionnels. Depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron montre des signes d'autoritarisme envers la presse: réduction drastique des interviews données, dont celle du 14 juillet, désignation par l'Élysée des journalistes autorisés à suivre le Président de la République lors de ses déplacements, sans parler du refus d'accréditer les journalistes de RT et Sputnik aux points presse.

Néanmoins, Emmanuel Macron a prouvé qu'il était un excellent communicant. En témoigne, l'utilisation du mot «convention» à la place de meeting, ce dernier étant trop connoté «ancien parti traditionnel qui propose de la vieille politique» et qui ne souligne pas assez l'«horizontalité» affichée du mouvement.

Finalement, vouloir créer un «média» ne serait-il pas une simple opération de communication comme en mènent les autres partis, mais avec un habillage plus attrayant? Florian Silnicki, expert en stratégie de communication, nous confirme cette hypothèse:

«Tous les partis politiques ont aujourd'hui, en interne, des médias […] Les Français aiment assez peu, au fond, le contenu qui est jusque-là proposé par les partis politiques qui n'ont pas su s'adapter ni aux réseaux sociaux ni dépasser les militants les plus actifs de leur formation. La République En Marche est confrontée à ces mêmes difficultés. C'est-à-dire, maintenant qu'Emmanuel Macron est élu, il ne faut pas que les électeurs s'enfuient et se lassent par manque de contenu et par manque de lien. Donc il faut faire vivre ce mouvement et faire vivre l'attachement au président.»

Jean-Luc Mélenchon - Sputnik France
Dans un silence total, LREM rejette tous les amendements de la France insoumise
En effet, de nombreux partis ont déjà lancé des supports médiatiques destinés à relayer les actualités et leurs initiatives «à l'image de L'Humanité, qui a servi des partis de la gauche française historique.» Pourtant, La République En Marche pousse la confusion des genres à son paroxysme. Certes, le mouvement d'Emmanuel Macron souhaite recruter des journalistes (rédacteurs et vidéastes), mais pour finalement effectuer le travail d'un communicant. Florian Silnicki abonde dans ce sens:

«Évidemment, ce ne seront jamais des journalistes en tant que tels, parce que le rôle du journaliste, c'est de publier une information, de la décrypter, de la contextualiser et de la vérifier. Il y a une différence fondamentale entre la parole politique qui est de la propagande, de l'information politique, partisane et l'information pure.»

Pourtant, malgré le verrouillage de la communication «En Marche», on constate donc qu'il peut encore y avoir quelques ratés:

«Ce qui a été maladroit de la part de LREM, c'est d'annoncer qu'ils se constituaient en média, parce que cela sous-entendait qu'il y aurait une concurrence possible et probable avec le milieu journalistique, qu'il ne peut pas y avoir par nature […] C'est donc un faux pas pour LREM à la fois d'avoir annoncé un média et à la fois de déclarer que ce média irait là où les journalistes ne vont pas, comme pour montrer qu'il y avait une faiblesse à laquelle le média de LREM pourrait se substituer.»

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала