Sergueï Lavrov: la russophobie aux USA fait douter d'une reprise normale de la coopération

© Sputnik . Maxime Blinov / Aller dans la banque de photosSergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères
Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères - Sputnik Afrique
Les accusations permanentes adressées par les USA contre la Russie sont loin de permettre la reprise d'une coopération normale entre les deux pays dans le domaine des relations internationales, selon le ministre russe des Affaires étrangères.

La russophobie aux Etats-Unis rend caduque la certitude de la réussite des négociations entre la Russie et les Etats-Unis au sujet des problèmes internationaux les plus importants, a déclaré aux journalistes le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

«Cette volonté inébranlable de trouver des canaux cachés d'une ingérence russe dans tout ce qui se passe aux Etats-Unis ne fléchit pas, à mon grand regret. Elle fait également douter du succès de la reprise d'une coopération normale dans les relations internationales, ces dernières intéressant tous les pays sans exception», a indiqué le chef de la diplomatie russe.

Donald Trump (à droite) et Vladimir Poutine - Sputnik Afrique
«Ingérence russe»: Trump révèle des détails de son dialogue avec Poutine

«J'espère que la russophobie au Congrès finira par diminuer pour la simple raison que de nombreux mois de travail de toute sorte de commissions, d'enquêteurs, d'experts n'ont pas permis de découvrir un seul fait», a ajouté le ministre.

De nombreuses accusations d'«ingérence russe» ont été adressées contre Moscou par les États-Unis et certains pays européens dont la France, sans toutefois présenter de preuves tangibles.

Commentant ces allégations, le Président russe Vladimir Poutine a déclaré que les données divulguées suite aux attaques informatiques ne servaient en rien les intérêts de la Russie et que l'hystérie autour de l'affaire avait pour but de détourner l'opinion publique du contenu des documents. Le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a affirmé pour sa part que les allégations contre Moscou étaient «dénuées de tout fondement».

Auparavant, il a été annoncé que le président américain Donald Trump a qualifié le scandale autour des «liens présumés» de son entourage le plus proche avec Moscou de «chasse aux sorcières la plus vaste dans toute l'histoire politique».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала