Une cinquantaine de terroristes ouvre le feu sur la sécurité du Président philippin

© REUTERS / Romeo RanocoMembers of the Philippine National Police (PNP) Special Action Force patrol after an Improvised Explosive Device (IED) was found near the U.S Embassy in metro Manila, Philippines November 28, 2016.
Members of the Philippine National Police (PNP) Special Action Force patrol after an Improvised Explosive Device (IED) was found near the U.S Embassy in metro Manila, Philippines November 28, 2016. - Sputnik France
Près de 50 assaillants ont attaqué mercredi matin le convoi présidentiel dans le sud des Philippines, faisant cinq blessés, un mort et un kidnappé.

Une cinquantaine de terroristes vêtus de l'uniforme des soldats des troupes gouvernementales ont attaqué deux véhicules de sécurité du Président philippin Rodrigo Duterte. Selon la chaîne CNN Philippines, l'attaque a eu lieu à l'un des postes de contrôle de la province de Cotabato.

«Lorsque notre deuxième voiture a remarqué que ce n'étaient pas de vrais soldats, nos militaires ont ouvert le feu sur eux», a déclaré le représentant de la garde présidentielle, le colonel Mike Aquino.

les Philippines - Sputnik France
Attaque contre une école aux Philippines: les djihadistes mis en fuite
Selon la police nationale, un membre des milices locales est mort, cinq membres du Groupe de sécurité présidentielle ont été blessés tandis qu'un agent de la police criminelle a été kidnappé lors de la fusillade.

Les militaires blessés ont été hospitalisés, précise la chaîne. M.Aquino a ajouté que suite à l'attaque, les troupes gouvernementales traquent les assaillants.

Le journal note que le Président philippin se trouvait à ce moment-là dans un autre endroit. Le convoi se dirigeait vers la ville de Cagayan de Oro afin d'effectuer un contrôle de sécurité pour la prochaine visite de M.Duterte.

Philippines - Sputnik France
Après les Philippines, Daech va-t-il contaminer l'Indonésie?
Le Président philippin Rodrigo Duterte a décrété le 23 juin la loi martiale dans la région sud de Mindanao, sur fond des affrontements entre les troupes gouvernementales et des combattants ayant prêté allégeance à Daech.

Actuellement, les forces gouvernementales continuent à lutter contre les djihadistes du groupe islamiste Maute qui occupent environ 10% de la ville. Selon les autorités du pays, près de 400.000 personnes ont dû quitter la ville suite aux bombardements aériens et aux combats de rue féroces qui ont déjà fait plus de 400 morts.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала