Autriche: les USA défendent leurs intérêts économiques grâce aux sanctions antirusses

© Sputnik . Vladimir Sergeev / Aller dans la banque de photosLes drapeaux de la Russie et de l'UE
Les drapeaux de la Russie et de l'UE - Sputnik France
Les autorités autrichiennes regrettent une proposition de loi américaine qui prévoit de nouvelles sanctions contre Moscou et dont l'adoption pourrait avoir un impact négatif sur des entreprises énergétiques européennes.

Les sanctions américaines prévues contre la Russie pourraient avoir des effets préjudiciables pour les entreprises européennes qui travaillent dans le domaine des infrastructures énergétiques, a déclaré le porte-parole de la chancellerie autrichienne dans une interview accordé à un média russe.

Drapeaux russe, européen et français installés à Nice (Archives) - Sputnik France
L'UE pourrait limiter l'accès des USA à ses crédits en réponse aux sanctions antirusses

«L'application extraterritoriale de la législation nationale est tout à fait inacceptable. À notre connaissance, les sanctions prévues peuvent également être dirigées contre des entreprises européennes impliquées dans le développement des infrastructures énergétiques européennes. Elles peuvent affecter de grandes entreprises autrichiennes », a-t-il souligné.

Il a également noté qu'en cherchant à adopter de nouvelles mesures antirusses Washington poursuivait ses propres intérêts économiques qui diffèrent des intérêts européens.

«Il serait très inquiétant, si les États-Unis essaient par des sanctions unilatérales d'avoir un impact sur l'approvisionnement énergétique de l'Europe, et tentent ainsi d'accomplir leurs propres intérêts économiques. L'approvisionnement énergétique européen ne regarde que l'Europe», a conclu le porte-parole.

Siemens, Allemagne - Sputnik France
Scandale des turbines Siemens: Berlin prône l’élargissement des sanctions antirusses

Le Congrès américain votera mardi sur une proposition de loi introduisant de nouvelles sanctions contre Moscou. Selon le texte, le Président américain peut imposer des sanctions aux personnes qui comptent investir plus de cinq millions de dollars par an ou un million de dollars d'un seul coup dans la construction de pipelines d'exportation russes, ou bien qui envisagent de fournir des technologies, services ou d'accorder une assistance aux réalisateurs de ces projets énergétiques. Dans le même temps, les États-Unis continueront de s'opposer à la construction du gazoduc Nord Stream 2.

Le collège des commissaires de l'Union européenne se réunira mercredi pour discuter de l'intention américaine d'adopter des sanctions contre Moscou. Selon le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, Bruxelles devrait être prêt à «agir en quelques jours», si les États-Unis adoptent leurs sanctions «sans que les préoccupations de l'UE soient prises en compte».

Selon le journal The Financial Times, Bruxelles entend exiger de Washington qu'il fasse «une déclaration publique ou écrite» selon laquelle les nouvelles sanctions ne porteront pas atteinte aux intérêts européens. Une autre option mentionnée dans le document de la Commission européenne prévoit également la possibilité de ne pas reconnaître les restrictions américaines sur le territoire de l'UE.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала