Une étude sonne l'alerte: baisse incompréhensible du QI moyen en Occident

CC0 / pixabay / femme
femme - Sputnik Afrique
Un recul sensible du QI moyen de la population occidentale a été relevé. Selon une étude publiée dans la revue Intelligence, contrairement à ce que pourrait laisser penser l'avènement du numérique, l’évolution intellectuelle des Occidentaux est en retard. Car si leur vitesse de réaction a augmenté, ils pensent bien plus lentement.

un hacker - Sputnik Afrique
Le compte du ministère français de la Culture sur Twitter: «Je m'ennuie mdrrr»
Une série d'études montrent que le quotient intellectuel moyen des Occidentaux s'est gravement réduit. Selon plusieurs analyses publiées dans la revue Intelligence et dont les conclusions sont rapportées par le média les Echos, les Britanniques auraient perdu en moyenne 14 points de QI depuis la Seconde Révolution industrielle, tandis que les Français en ont perdu 3,8 entre le début des années 2000 et aujourd'hui.

Cette baisse est très spectaculaire étant donné qu'elle met fin à une augmentation permanente des QI moyens sous l'effet du progrès des conditions sanitaires et sociales tout au long du XXe siècle. Cette évolution a été constatée en 1987 par James R. Flynn, spécialiste néo-zélandais des recherches sur l'intelligence, et a été baptisée «effet Flynn». Fait important, le chercheur a été l'un des premiers à s'inquiéter de l'inversion de la tendance, dont les causes sont multiples.

Mark Zuckerberg - Sputnik Afrique
Mark Zuckerberg qualifie d’«irresponsables» les déclarations d’Elon Musk sur l’IA
L'une des explications avancée est «la relative banalisation du haschisch, dont les études ont montré que, contrairement à d'autres drogues comme la cocaïne par exemple, sa prise répétée avait un impact négatif sur le cerveau».

Une autre concerne les personnes éduquées. En effet, il s'agît des personnes les plus instruites, qui ont tendance à «retarder le moment d'avoir un premier enfant». Ainsi, leur représentation parmi la population totale tend à diminuer, selon une étude génétique menée sur plus de 100.000 Islandais nés entre 1910 et 1990 et parue en décembre 2016 dans la revue PNAS.

A ce jour, les conclusions demeurent incertaines, les spécialistes n'étant pas encore parvenus à un consensus sur cette question.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала