USA et Russie collaborent pour lancer un biosatellite

© Sputnik . Mikhail Kutuzov / Aller dans la banque de photosBion-M1
Bion-M1 - Sputnik Afrique
La NASA va participer aux recherches préparatives à la mission du biosatellite russe Bion-M2 qui se déroulera en 2022.L'agence spatiale a publié un appel d'offres pour les scientifiques souhaitant se joindre au programme.

Cette expérience unique propulsera le satellite bien plus haut que l'orbite de la Station spatiale internationale (ISS) et permettra d'étudier l'impact du milieu spatial sur les organismes vivants. Le service de presse de l'Institut des problèmes médico-biologiques affilié à l'Académie des sciences de Russie a confirmé que des scientifiques américains avaient été invités à participer au projet. Selon le site de la chaîne RT.

 

Des souris dans l'espace

 

La Lune - Sputnik Afrique
On a résolu l'un des principaux mystères de la Lune
La NASA souhaite coopérer avec les chercheurs russes qui prévoient de lancer le satellite biologique Bion-M2 en collaboration avec l'Entreprise d'État russe pour les activités spatiales (Roscosmos). Cette information a été diffusée sur le portail du gouvernement. Les spécialistes ont l'intention de faire appel à tous les scientifiques prêts à participer au projet.

«L'objectif de cet appel d'offres consiste à attirer des propositions sur le déroulement en vol des expériences compatibles avec le programme de recherche expérimental de l'Institut des problèmes médico-biologiques impliquant l'utilisation de souris vivantes, de cultures cellulaires, d'animaux invertébrés, de plantes, d'algues et de micro-organismes», annonce le document.

La NASA souhaite participer aux recherches liées à l'étude des impacts éventuels des conditions extraterrestres sur les organismes vivants afin d'en savoir plus sur les risques pour l'homme dans l'espace, indique le texte de l'appel d'offres.

«Les résultats des recherches doivent être liés aux tâches scientifiques du programme de la NASA dans le domaine de la biologie spatiale et servir à l'élargissement des connaissances fondamentales utiles pour les recherches spatiales avec la participation de l'homme. Les résultats des recherches doivent être publiés à l'issue du vol», poursuit le document.

Les chercheurs qui seront sélectionnés devront tenir compte du programme de recherche expérimental russe et ne pas lui faire entrave.

«Les études dans le cadre du programme de recherche américain doivent inclure l'utilisation des méthodes de biologie systémique pour l'étude des mécanismes physiologiques, biochimiques, cellulaires et moléculaires», indique également le document. Le montant de l'appel d'offres n'est pas encore connu.

Espace lointain, image d'illustration - Sputnik Afrique
L'origine d'un signal «extraterrestre» dans la constellation de la Vierge élucidée
Cela fait près de 30 ans que la NASA et l'Institut des problèmes médico-biologiques mènent des recherches conjointes. Le service de presse de l'institut russe a confirmé que des scientifiques américains avaient été invités à participer au projet.

«Nous avons l'intention de coopérer avec les Américains sur le programme Bion. Ils ont lancé un appel d'offres et nous attendons de leur part un programme de recherche et des participants», a déclaré le service de presse.

«Il reste encore du temps, ce n'est que le début. Le lancement du satellite a été reporté pour procéder à l'atterrissage du vaisseau en saison chaude — sinon les animaux mourront avant que nous puissions les récupérer», précise-t-on à l'Institut.

Le service de presse ajoute qu'hormis le programme Bion, des projets russo-américains conjoints travaillent déjà ensemble sur l'ISS.

«En dépit de tous les événements sur Terre, malgré les sanctions et le refroidissement des relations, la coopération entre la Russie et les USA continue dans l'espace, y compris dans le cadre des expériences médico-biologiques. On réalise un large programme de coopération sur l'ISS et il existe un accord sur l'organisation d'expériences terrestres conjointes», a déclaré l'académicien Alexandre Jelezniakov de l'Académie russe d'astronautique.

Pour lui, le lancement de Bion-M2 s'inscrit dans la continuité de toutes les élaborations antérieures, «même s'il est encore trop tôt pour déterminer concrètement quelles expériences proposeront les Américains».

Deux fois plus haut que l'ISS

Le lancement du satellite russe Bion-M2 est prévu pour le printemps 2022. La principale particularité de la future mission réside dans l'altitude de vol du satellite — 800 km, soit le double de l'orbite de l'ISS. Bion-M2 sera habité par des souris et des mouches.

«A l'exception des expéditions d'astronautes américains sur la Lune, aucune entité biologique n'a encore volé aussi haut», a déclaré le service de presse du centre spatial Progress de Samara.

Astronaut Buzz Aldrin walks on the surface of the moon near the leg of the lunar module Eagle during the Apollo 11 mission. - Sputnik Afrique
Le sac avec les premiers échantillons du sol lunaire vendu aux enchères pour 1,5M EUR
Le premier satellite Bion-M avait été lancé le 19 avril 2013. A son bord se trouvaient 45 souris, 15 geckos, 8 gerbilles de Mongolie, 20 escargots, des œufs de poisson, des plantes, leurs graines et différents microorganismes. Plus de 70 expériences ont été réalisées à bord en un mois de vol pour étudier l'impact de l'apesanteur et du rayonnement sur les organismes vivants. Certains passagers du satellite ont péri pendant le périple — les gerbilles et la moitié des souris sont mortes.

Le premier appareil de ce type, appelé Kosmos-605, avait été lancé en 1973.

Des motivations politiques

En 2014, la NASA avait suspendu sa coopération avec la Russie à cause de la situation en Ukraine. A titre d'exception, la Russie et les USA ont poursuivi leur travail sur l'ISS.

«Il faut choisir entre financer à part entière des projets pour la reprise des lancements spatiaux aux USA ou continuer d'envoyer des millions de dollars aux Russes», avait-on alors souligné à la NASA.

En mars 2017, le Congrès américain a soutenu la loi fixant la stratégie de développement de la NASA pour les cinq prochaines années. Les congressistes ont appelé l'agence spatiale à mettre un terme à la dépendance envers Roscosmos en matière de transport. Dès l'an prochain, selon la volonté des congressistes américains, les astronautes devront être envoyés dans l'espace depuis le territoire américain.

En 2014, la NASA a signé des contrats pour la conception de nouveaux vaisseaux habités avec Boeing pour 4,2 milliards de dollars et SpaceX pour 2,6 milliards de dollars.

En mai 2016, Roscosmos a annoncé qu'il ne comptait pas signer de nouveaux contrats avec la NASA pour transporter les astronautes sur l'ISS après 2018.

«Nous travaillons avec nos partenaires dans le cadre des contrats en vigueur, nous ne prévoyons pas de signer de nouveaux contrats», avait déclaré le vice-président de Roscosmos Sergueï Saveliev.

Cependant, en dépit des difficultés dans les relations russo-américaines, la coopération dans l'étude et la conquête de l'espace ne cesse pas.

En juin 2017, pendant la conférence internationale sur l'exploration de l'espace GLEX 2017, l'experte de la NASA pour les recherches et les opérations spatiales Kathleen Lourini a exprimé l'espoir que la coopération russo-américaine se poursuive.

RT n'a pas réussi à obtenir de commentaires de la NASA ou de Roscosmos à ce sujet.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала