Les enjeux derrière la condamnation de l’ex-Président Lula da Silva

Le 12 juillet, l’icône de la gauche et ancien Président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, était condamné à une peine de neuf ans et demie de prison. Rachel Marsden recevait à ce sujet Gustavo Ribeiro, journaliste et fondateur de plus55.com, le premier média brésilien anglophone.

Ayant quitté ses fonctions en 2010 avec une très importante popularité, Lula devait briguer en 2018 une nouvelle fois la présidence brésilienne. Mais il vient d'être reconnu coupable le 12 juillet dernier de corruption dans le cadre de l'enquête sur l'attribution de contrats à la compagnie pétrolière Petrobras. Luiz Inacio Lula da Silva, âgé de 71 ans, a été condamné à neuf années de prison et sera ainsi inéligible. Si ce jugement est confirmé en appel, comment la crise politique à la tête de l'exécutif peut-elle être résolue?

Gustavo Ribeiro explique que «Lula est le leader politique brésilien le plus populaire et le plus polarisant. Il est sorti de la Présidence de la République avec un taux de popularité de près de 90%, ce qui n'a jamais été vu avant. Par contre, aujourd'hui, avec toutes les affaires de corruption, avec la performance de Dilma Roussef qui était la personne que lui a choisie pour sa succession. Tout ça a détérioré sa popularité».

Si Lula est dans l'impossibilité de se représenter à l'élection présidentielle de 2018, Gustavo Ribeiro craint «la montée des radicaux. On a un député d'extrême-droite qui s'est fait remarquer par des propos racistes, misogynes, homophobes et qui commence à monter dans les sondages. Selon quelques sondages, il est à égalité avec Lula en ce moment entre 20 et 25%. Cet homme peut se faire élire président de la République, ce qui serait très dangereux pour le Brésil».

Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre page Soundcloud Sputnik

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала