L’ambassadeur italien donne les raisons de la réunification de la Crimée avec la Russie

© Sputnik . Vladimir Trefilov / Aller dans la banque de photosL'ambasciatore della Repubblica Italiana in Russia Cesare Maria Ragaglini
L'ambasciatore della Repubblica Italiana in Russia Cesare Maria Ragaglini - Sputnik Afrique
L’ambassadeur italien en Russie, Cesare Ragaglini, a donné son point de vue à propos du rattachement de la Crimée à la Russie. Il a souligné que le referendum sur la réunification avec la Fédération de Russie avait été tout d’abord un vote pour l’indépendance et a ajouté que les sanctions contre Moscou ne feraient pas changer sa position.

Cesare Ragaglini, ambassadeur italien à Moscou, a indiqué dans une interview au quotidien Corriere della Sera qu'au cours du référendum criméen en 2014 les gens avaient voté premièrement pour l'indépendance de la péninsule. En répondant à la question d'un journaliste qui a qualifié l'adhésion de la presqu'île à la Russie d'«annexion et de violation du droit international», M.Ragaglini a souligné que «la Crimée n'a pas été le premier pays qui a voté pour son indépendance en Europe».

«Personne ne nie le droit d'un État souverain à rejoindre une organisation internationale, mais il ne fait aucun doute que les négociations de l'UE avec l'Ukraine avaient de fortes motivations politiques: elles étaient une tentative claire de sortir Kiev de l'influence historique de la Russie. Si cela était le but, l'UE n'a pas réussi à le faire», a noté l'ambassadeur.

Crimée - Sputnik Afrique
Les sanctions européennes visant la Crimée prolongées d'un an
Selon lui, l'UE n'aurait pas dû sous-estimer les liens économiques et historiques entre Moscou et Kiev. De plus, les sanctions imposées à la Russie après la réunification de la Crimée sont peu susceptibles de faire changer la position de Moscou sur la question ukrainienne.

La Crimée et la ville de Sébastopol sont redevenues russes à l'issue d'un référendum tenu en mars 2014 dans le sillage de la crise politique en Ukraine consécutive au renversement du président Viktor Ianoukovitch. Lors du scrutin, dont les résultats ne sont pas reconnus par Kiev et ses partenaires occidentaux, plus de 96% des votants se sont prononcés en faveur du rattachement à la Russie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала