USA: un des migrants découverts dans un camion au Texas a bu de l’antigel pour survivre

© AP Photo / Mike GrollUS ambulance
US ambulance - Sputnik Afrique
Un des migrants mexicains retrouvés dans un camion garé sur un parking de la ville américaine de San Antonio a dû consommer de l’antigel pour rester en vie en l’absence d’eau. L’homme a survécu et a été hospitalisé.

Manuel Chávez, un migrant mexicain, a été obligé de boire de l'antigel pour pouvoir supporter la soif et la chaleur et survivre à l'intérieur du camion qui l'avait acheminé jusqu'au Texas avec d'autres immigrés clandestins et qui a été arrêté aux États-Unis, d'après le site Web d'information Excelsior.

Texas - Sputnik Afrique
Morts de migrants clandestins au Texas: le conducteur passible de la peine capitale
Dimanche 23 juillet, M.Chávez, 42 ans, originaire de l'État mexicain de Jalisco, a été retrouvé inconscient dans le camion. Lors d'une interview à la chaîne Kens canal 5, son amie Cecilia Rivera a indiqué qu'il avait dû boire de l'antigel, car il n'y avait pas d'autre liquide dans le véhicule.

En ce moment, Manuel Chávez reçoit un traitement à l'hôpital de la ville de San Antonio. Il est déjà sorti du coma et peut communiquer avec ses proches. D'après des médecins, si l'information concernant l'antigel est confirmée, à l'avenir leur patient risque d'avoir des problèmes de foie, de cerveau et de reins.

Huit morts et trente blessés ont été découverts le dimanche 23 juillet dans la remorque d'un camion garé sur un parking de San Antonio, une ville proche de la frontière mexicaine au Texas.

migrants, Calais - Sputnik Afrique
Human Rights Watch accuse la police française de violences contre les migrants mineurs
L'alerte avait été donnée tôt dans la nuit dimanche quand un des clandestins est venu demander de l'eau à un employé du parking où était garé le camion. Ce dernier lui a apporté de l'eau puis a appelé la police, qui a fait la macabre découverte. Huit migrants étaient déjà morts, deux autres se sont éteints à l'hôpital.

Le conducteur de 60 ans, James Bradley, originaire de Floride, risque la peine de mort pour avoir acheminé des migrants clandestins.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала