Turquie: liberté conditionnelle pour 7 journalistes du Cumhuriyet, le procès se poursuit

© AFP 2022 Ozan KoseProtesters hold copies of the latest edition of the the Turkish daily newspaper "Cumhuriyet" as they shout slogans during a demonstration outside the newspaper's headquarters in Istanbul on November 1,2016 a day after its editor in chief was detained by police.
Protesters hold copies of the latest edition of the the Turkish daily newspaper Cumhuriyet as they shout slogans during a demonstration outside the newspaper's headquarters in Istanbul on November 1,2016 a day after its editor in chief was detained by police. - Sputnik Afrique
Peu après le début du procès de 17 journalistes du quotidien d'opposition turc Cumhuriyet, un tribunal turc a ordonné la remise en liberté provisoire de sept collaborateurs du journal, mais a maintenu en détention plusieurs autres journalistes, dont le rédacteur en chef de l'édition.

Un tribunal turc a ordonné vendredi la remise en liberté provisoire de sept des 17 journalistes du quotidien d'opposition Cumhuriyet, accusés de liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, considéré comme terroriste en Turquie), rapporte l'édition Daily Sabah.

Le tribunal a en outre refusé de remettre en liberté plusieurs autres détenus. De surcroît, le mandat d'arrêt émis contre deux autres journalistes reste en vigueur, dont Can Dündar, ancien rédacteur en chef de l'édition qui réside à l'heure actuelle en Allemagne.

Police turque - Sputnik Afrique
Des photos de journalistes arrêtés en Turquie publiées par un collègue
Le procès des 17 collaborateurs du journal d'opposition turc, dont le rédacteur en chef Murat Sabuncu, le directeur exécutif Akin Atalay et les principaux journalistes de l'édition, a commencé lundi.

Les collaborateurs du quotidien Cumhuriyet ont été interpellés en 2016. En novembre dernier, le parquet de la ville d’Istanbul les a accusés de liens avec le PKK et l’organisation FETÖ, qu’Ankara considère comme étant derrière la tentative du coup d’État perpétrée le 15 juillet 2016 et a exigé pour les journalistes des peines allant de 7,5 à 43 ans de réclusion. Le premier jour du procès a été accompagné de manifestations dans les rues et au tribunal.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала