Rien à voir avec la folie: se parler à soi-même est bon pour la santé mentale

CC0 / Pixabay / Sad smilies
Sad smilies - Sputnik Afrique
D’après les dernières recherches, se parler à soi-même n’est pas du tout un symptôme de la folie. Tout au contraire, le dialogue interne nous aide à retrouver équilibre et paix intérieure.

Une conversation avec soi-même pourrait nous aider à nous sentir moins tristes et à contrôler nos émotions, d'après une recherche publiée dans la revue en ligne Scientific Reports.

Cette recherche a montré que les gens réagissaient beaucoup mieux aux images négatives ou à de mauvais souvenirs s'ils posaient la question «à la troisième personne» de savoir comment ils se sentaient.

«Essentiellement, nous réfléchissons en nous adressant à la troisième personne. Cela mène au fait que les gens commencent à penser à eux-mêmes de la même manière qu'ils pensent aux autres», d'après l'auteur principal de la recherche Dr.Jason Moser.

Zucker - Sputnik Afrique
Sucre: ami ou ennemi de la santé mentale?
Selon lui, cela aide les gens à se déconnecter de leurs émotions et par conséquent à les contrôler.

Les scientifiques sont parvenus à cette conclusion après avoir effectué deux études. Au début, des images négatives ou neutres étaient montrées aux participants de l'expérience qui se demandaient alors: «Qu'est-ce que je ressens en ce moment?» Ensuite, un participant (supposons qu'il s'appelait Jean) se posait la même question, mais sous une forme modifiée: «Qu'est-ce que Jean ressent en ce moment?»

Lors de la deuxième partie de l'expérience, les participants devaient se rappeler des événements de leur passé qui leur causaient des émotions négatives et se poser les mêmes questions que dans le premier cas. Ensuite, les chercheurs ont repéré sur un scanner les zones de leurs cerveaux responsables du contrôle émotionnel.

Notre santé mentale dépendrait… de la vitesse de notre connexion Internet - Sputnik Afrique
Notre santé mentale dépendrait… de la vitesse de notre connexion Internet
Il a également été demandé aux sujets d'estimer leur état émotionnel sur une échelle d'un à cinq, le «cinq» signifiant le plus haut degré de la consternation.

Les résultats de la recherche ont montré que les gens étaient moins tristes et contrôlaient mieux leurs émotions quand ils parlaient d'eux-mêmes à la troisième personne.

«Tout cela permet de retrouver une distance psychologique et de se déconnecter de ses sentiments», indique M.Moser.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала