Berlin et Paris travailleraient à l'autonomie de l'UE dans le domaine de la Défense

© Photo Hans-Georg SchnaakБерлин, Бранденбургские ворота 2014
Берлин, Бранденбургские ворота 2014 - Sputnik Afrique
L'Allemagne et la France cherchent à mettre en place au sein de l'UE une coopération permanente dans le domaine de la défense. L'initiative ne cherche pas à réviser le rôle de l'Otan qui restera la base de protection collective des membres, mais à le compléter, écrit un journal allemand.

Les autorités allemandes et françaises travaillent à l'obtention par l'Union européenne de son autonomie stratégique en matière de politique de défense, écrit le journal allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, fondant ses propos sur un document mis à sa disposition.

Adressé par l'Allemagne et la France aux autres pays membres de l'Union européenne, le document en question propose «une coopération permanente et structurée» dans le domaine de la défense et ce «en complément à l'Otan qui restera la base de protection collective de ses membres».

Comme le précise le journal, le Conseil européen a pris connaissance en juin de ce projet et en a approuvé les principales clauses.

French soldier stands guard inside the Prefecture as part of the highest level of Vigipirate security plan in Nice February 9, 2015. - Sputnik Afrique
Otan ou armée européenne? Le meilleur défenseur de la France, c’est la France elle-même
D'après le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, l'Allemagne et la France ont déjà précisé les conditions que devraient remplir les pays pour prendre part à cette collaboration. Il s'agit entre autres d'une cotisation obligatoire dans le domaine de la défense. En outre, les forces armées des pays candidats à la participation feront l'objet d'une inspection annuelle par l'Agence européenne de défense.

Toujours d'après l'édition, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini devra soumettre à la discussion la question du lancement de cette initiative d'ici à septembre. Ensuite, les pays de l'Union européenne disposeront de trois pour prendre leur décision au sujet de leur participation au projet. Le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung précise que le gouvernement allemand estime qu'entre 20 et 25 pays se prononceront en faveur de cette initiative.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала