Tour Eiffel: l'assaillant avoue son intention de commettre un attentat et ses liens Daech

© AFP 2022 LIONEL BONAVENTUREPolice patrol in Paris on November 14, 2015 at the Eiffel Tower, which has been closed to the public following a series of coordinated attacks in and around Paris late November 13, that left at least 128 people dead.
Police patrol in Paris on November 14, 2015 at the Eiffel Tower, which has been closed to the public following a series of coordinated attacks in and around Paris late November 13, that left at least 128 people dead. - Sputnik France
C'est un membre de Daech qui aurait encouragé l'homme interpellé samedi au pied de la tour Eiffel à tenter de «commettre un attentat contre un militaire», a fait savoir la presse française, citant une source renseignée.

L'homme armé d'un couteau qui a tenté samedi soir de forcer l'un des contrôles de sécurité de la tour Eiffel a avoué avoir voulu commettre un attentat contre un militaire et a confirmé être en lien avec un membre de l'organisation terroriste Daech, rapporte l'agence AFP, se référant à une source proche de l'enquête.

«Il a affirmé en garde à vue qu'"il voulait commettre un attentat contre un militaire et était en lien avec un membre du groupe djihadiste État islamique qui l'aurait encouragé à passer à l'acte», indique la source.

Le parquet de Paris avait antérieurement annoncé que la section antiterroriste s'était saisie de l'enquête ouverte pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de commettre des crimes d'atteinte aux personnes» et «tentatives d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique», d'après l'agence.

La Tour Eiffel à Paris - Sputnik France
Homme armé à la Tour Eiffel: une enquête policière ouverte «pour apologie du terrorisme»
Rappelons que l'incident s'est produit samedi vers 23h30 (heure de Paris). Un homme armé d'un couteau a alors tenté de forcer l'un des contrôles de sécurité de la principale curiosité de la capitale française. Après avoir échoué à le faire, il a sorti un couteau et crié «Allahou Akbar». Les militaires lui ont immédiatement demandé de poser son couteau, ce qu'il a fait sans résistance.

Selon les données fournies par l'enquête, l'homme est un Français, né en 1998 en Mauritanie. Il est connu pour avoir des antécédents psychiatriques.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала