Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie se servira-t-elle du «levier énergétique» pour riposter aux sanctions US?

© Sputnik . Igor Zarembo / Aller dans la banque de photosGazoduc
Gazoduc - Sputnik France
S'abonner
Si Berlin critique les nouvelles sanctions US visant la Russie, c'est parce qu'il dépend des hydrocarbures russes, écrit le portail américain Business Insider dans une de ses publications où il avance l'hypothèse selon laquelle Moscou pourrait riposter à Washington en exerçant des pressions sur ses alliés européens.

Assurant 40% de l'approvisionnement de l'Union européenne en hydrocarbures, la Russie possède un «levier énergétique», écrit le portail d'informations américain Business Insider dans sa publication évoquant les scénarios d'une éventuelle riposte russe.

Si certains pays européens, dont la Lituanie, ont commencé à importer du gaz naturel liquéfié américain et que la France achète la majorité de son pétrole et de son gaz naturel à l'Algérie, au Qatar, à l'Arabie saoudite et à la Libye, l'Allemagne — un des leaders de l'Union européenne — dépend, quant à elle, de la Russie pour le tiers de son gaz (35%) et plus de la moitié de son pétrole (57%), écrit l'édition.

Selon les auteurs de cette publication, c'est pour cette raison que Berlin critique les nouvelles sanctions américaines.

Cela étant dit, la Russie n'a pas intérêt à «effrayer» les États-Unis, mais si elle décidait de riposter, elle pourrait avoir recours au «levier énergétique» pour exercer des pressions sur les alliés européens de Washington, estime-t-on dans l'article.

Nord stream - Sputnik France
S&P: les nouvelles sanctions US augmentent les risques sur le marché européen du gaz
Le Président américain Donald Trump a signé mercredi dernier la loi introduisant de nouvelles sanctions contre l'Iran, la Russie et la Corée du Nord, tout en la qualifiant d'imparfaite. Selon lui, la loi empiète sur l'autorité du chef de l'État et les nouvelles sanctions auront des conséquences négatives pour les sociétés américaines, les amis et les alliés des États-Unis.

La loi a été également critiquée par l'UE qui est préoccupée par le fait que les sanctions permettent d'infliger des amendes aux entreprises européennes pour leur participation à des projets énergétiques communs avec la Russie, en particulier dans la mise en œuvre du projet de gazoduc Nord Stream 2, financé par le géant russe Gazprom et cinq sociétés européennes Engie (France), OMV (Autriche), Royal Dutch Shell (Grande-Bretagne et Pays-Bas), Uniper et Wintershall (Allemagne).

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала