Deux planètes potentiellement habitables découvertes dans le système solaire

© NASAUn modèle du Système solaire
Un modèle du Système solaire - Sputnik France
Des astronomes ont examiné une légère «oscillation» de l’étoile Tau Ceti située à 12 années-lumière de la Terre. Ils ont découvert que ce phénomène était dû la gravitation de quatre planètes semblables à la Terre selon certains paramètres, dont deux pourraient se trouver dans une zone habitable.

Exoplanet - Sputnik France
Découverte d'une planète «infernale» dont l'atmosphère peut faire évaporer le fer
Une équipe de chercheurs a comparé les données obtenues au moyen de spectromètres de différents télescopes afin d'établir pourquoi varie la vitesse radiale de l'étoile Tau Ceti, similaire au Soleil, mais moins massive et lumineuse, indique une recherche publiée sur le site de la bibliothèque de l'Université Cornell. Ils ont trouvé que cette étoile possède quatre planètes d'une masse moins de quatre masses terrestres. Le fait important est que deux de ces planètes, Tau Ceti f et Tau Ceti e, dont la révolution complète autour du Soleil dure respectivement 160 et 600 jours, pourraient être habitées.

Il est à noter que les deux font partie d'une zone habitable conservative, c'est-à-dire que la planète la plus éloignée reçoit moins de rayonnements que Mars, et la plus proche — plus que la Terre. Néanmoins, selon l'expérience, les conditions d'habitabilité, soit la présence d'eau en surface, peuvent exister même si la planète obtient actuellement moins de chaleur que Mars.

Atterrissage sur Mars dans sa phase finale (vue d'artiste). - Sputnik France
Débarquer sur Mars et survivre: explications d’une spécialiste
Il y a 3 ou 4 milliards d'années, Mars possédait des océans et des mers, mais recevait un rayonnement solaire inférieur de 20 ou 30% au niveau actuel (le jeune Soleil brillait plus faiblement). De la même façon, une planète qui obtient plus de chaleur qua la Terre, mais moins que Venus, peut également comporter des mers liquides.

Il est difficile d'évaluer avec précision l'habitabilité potentielle de ces planètes. Leur masse minimale est comprise entre 1,6 et 1,7 MT, ce qui signifie qu'elles peuvent posséder une épaisse couche d'atmosphère.

Si la planète éloignée a une chance d'être habitable, d'autre, située plus près, risque d'avoir un puissant effet de serre, comme Venus. Ainsi, il a peu de de chances pour que des organismes multicellulaires puissent y vivre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала