Un portable en prison, une arme illégale de socialisation?

Un clip de rap filmé dans la prison d'Aiton, en Savoie, où des détenus dansaient autour d'une table avec des gâteaux n'a pas été très apprécié par le grand public. Sputnik a contacté le représentant de l'Observatoire international des prisons François Bès pour examiner de près le sujet.

Alors que des prisonniers du centre pénitentiaire d'Aiton en Savoie en possession d'un portable ont choqué, François Bès, coordinateur du pôle enquête de l'Observatoire international des prisons, éclaircit l'affaire dans une interview à Sputnik.

La prison - Sputnik France
Station balnéaire ou prison? Un clip de détenus déclenche une polémique (vidéo)
Dans toutes les prisons françaises, il y a énormément de téléphones portables, explique-t-il: «Ils rentrent avec des objets interdits par les parloirs, ils sont projetés de l'extérieur, mais également, et on en parle dans la presse, les personnels arrondissent leur fin de mois, en laissant passer les portables pour les détenus».

En cela, les raisons pour lesquelles les détenus recouraient aux téléphones portables restent les mêmes qu'à l'époque: «Si quelqu'un prépare une évasion ou continue le business de l'extérieur? Ça se faisait avant qu'existent les téléphones portables.»

Cependant, c'est dans le but de maintenir le contact avec leurs familles qu'ils en veulent: «La plupart du temps, les gens utilisent leurs téléphones portables pour continuer à avoir une vie sociale, pouvoir parler avec la famille», estime M.Bès. «C'est un moyen de socialisation. Plus ils sont coupés, plus ils auront du mal à se réinsérer.»

«On milite pour la légalisation du téléphone portable en prison, ainsi que de l'accès Internet. Pour la réinsertion, pour la recherche du travail, tout passe par Internet. Les détenus n'y ont pas accès», résume-t-il.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала