L’agence Roskosmos n’a aucuns rapports avec la Corée du Nord

© Sputnik . Ramil Sitdikov / Aller dans la banque de photosRoscosmos
Roscosmos - Sputnik France
L’agence spatiale russe Roskosmos et ses organisations affiliées n’ont pas de relations avec la Corée du Nord, parce qu’elles respectent la législation russe, le droit international et les restrictions introduites à l’encontre de Pyongyang par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu).

«Roscosmos et ses organisations incorporées n'interagissent pas avec la Corée du Nord, dans le cadre de leurs compétences, parce que dans leurs activités, elles respectent les demandes de la législation de la Fédération de Russie, des régimes internationaux de contrôle sur les armes et de non-prolifération, y compris le régime de contrôle sur les technologies de missiles, et suivent les décisions et les restrictions (mesures sectorielles) introduites par les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu», lit-on dans une déclaration publiée sur le site de l'agence spatiale russe Roskosmos.

La tension s'est fortement accrue sur la péninsule coréenne ces dernières semaines après les tests de deux missiles balistiques intercontinentaux nord-coréens capables, selon des experts, de frapper la côte ouest des États-Unis.

Corée du Nord - Sputnik France
Les États-Unis prêts à abattre tout objet menaçant tiré par la Corée du Nord
Le Président américain Donald Trump a choisi d'adopter un ton très martial dans sa réponse à ce que Washington considère comme une provocation, promettant «le feu et la colère» à Pyongyang et faisant allusion à la puissance de l'arsenal nucléaire de son pays.

La situation s'est encore envenimée quand l'armée nord-coréenne a fait part de son intention de lancer quatre missiles à portée intermédiaire sur l'île américaine de Guam, qui abrite une base aérienne stratégique pour les opérations de Washington dans la région.

En outre, mardi, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a signalé qu'il allait «observer encore un peu le comportement idiot et stupide des Yankees» avant d'éventuellement lancer les missiles.

Le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, a déclaré, peu après, que son pays restait toujours ouvert au dialogue avec Pyongyang mais sous conditions.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала