L'agression sexuelle collective d’une jeune femme provoque l'indignation au Maroc

© Photo PixabayCasablanca
Casablanca - Sputnik France
La grogne monte au Maroc après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant un groupe de jeunes agresser sexuellement dans un bus une jeune femme atteinte d’un handicap mental, selon les autorités. Le lendemain, les six agresseurs ont été interpellés par la police.

maroc - Sputnik France
Le terrorisme Made in Maroc s'exporte
Diffusée dimanche sur les réseaux sociaux, une vidéo d'une agression sexuelle d'une jeune femme dans un bus en plein jour à Casablanca a suscité une salve d'indignations sur Internet et dans les médias marocains.

Sur les images on peut voir un groupe d'adolescents, torse nu, en train de bousculer violemment une jeune femme en pleurs dans un bus, la touchant dans les parties intimes de son corps, tout en rigolant. À moitié dénudée, la victime pousse des cris de détresse pendant que le bus continue de rouler sans qu'aucun passager n'intervienne.

La société chargée des transports en commun de la ville, M'dina Bus, a indiqué à l'AFP que l'agression s'est déroulée «vendredi 18 août» et que les agresseurs avaient été «appréhendés lundi 21 août». Par la suite, la police a confirmé dans un communiqué l'arrestation des six auteurs du crime, âgés entre 15 et 17 ans, qui ont été placés sous surveillance.

«Ils feraient partie d'une bande qui commet des actes criminels dans le quartier [assez populaire, ndlr] de Sidi Bernoussi à Casablanca», indique la chaîne marocaine 2M.

La police a également affirmé que la victime, âgée de 24 ans, était atteinte d'un handicap mental. Aucune plainte ni de la part de la jeune femme agressée ni de la part du chauffeur n'a été portée avant la diffusion de la vidéo.

Les internautes s'en sont violemment pris aux agresseurs, les accusant d'avoir commis un «acte barbare» et condamnant leur «absence d'éducation».

​De nombreuses personnes ont exprimé leur soutien à la jeune femme, appelant également à ne pas diffuser la vidéo par respect pour la victime.

​Pour la majorité des internautes, la fréquence des cas des violences au Maroc à l'encontre des femmes devrait pousser les autorités à l'action.

​Selon les chiffres officiels, cités par l'AFP, près de deux Marocaines sur trois seraient victimes de violences. Et les lieux publics sont les endroits où la violence physique à leur égard est la plus manifeste. Début août, une autre vidéo montrant une horde de jeunes hommes traquer une jeune femme marchant seule dans la rue à Tanger, au nord du pays, avait déjà suscité l'indignation dans le pays.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала