Tensions entre Berlin et Ankara: l’épouse de Sigmar Gabriel menacée

© AP Photo / Markus SchreiberVizekanzler und Wirtschaftsminister Sigmar Gabriel (SPD)
Vizekanzler und Wirtschaftsminister Sigmar Gabriel (SPD) - Sputnik France
L’épouse de Sigmar Gabriel, le Ministre allemand des Affaires étrangères, a reçu des menaces liées aux récentes déclarations agressives du Président turc Recep Tayyip Erdoğan, a signalé le lundi 21 août un quotidien allemand.

Selon le quotidien allemand Rheinpfalz, dans la nuit de dimanche à lundi, des inconnus ont laissé des messages menaçants sur le répondeur de la clinique dentaire où travaille l'épouse de Sigmar Gabriel, Anke Stadler.

«La façon dont Erdogan fait cela [critique le ministre, ndlr] motive certaines personnes à essayer de harceler et de déranger ma femme… Quand un chef d'État commence à agir contre un individu, malheureusement, il y a des gens qui pensent avoir le droit de malmener cet individu», a déclaré M. Gabriel, cité par le journal allemand Welt.

Angela Merkel et Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
Erdogan prédit une embellie dans les relations avec Berlin
Le samedi 19 août, le ministre a appelé Ankara à s'abstenir de toute ingérence dans les élections générales allemandes, après que le dirigeant turc a qualifié l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne dirigé par la chancelière, Angela Merkel, le Parti social-démocrate d'Allemagne et les Verts d'«ennemis de la Turquie» et a demandé aux citoyens allemands d'origine turque de voter contre eux lors des élections du 24 septembre.

En réponse, Recep Tayyip Erdoğan a déclaré que le ministre allemand «ne connaissait aucune limite» et n'avait pas le droit de s'adresser à lui.

«Il ne connaît pas de limites! Qui es-tu pour parler avec le Président de la Turquie? Reste à ta place», a déclaré le Président turc.

Angela Merkel - Sputnik France
Merkel accuse la Turquie d’abuser d’Interpol
Les relations entre l'Europe et la Turquie, membre de l'Otan et candidat à l'adhésion à l'Union européenne, se sont dégradées à cause des mesures de répression qui ont suivi le coup d'État échoué de l'année dernière accompagné de purges dans le pays.

En outre, les relations entre Ankara et les Européens ont touché leur plus bas niveau pendant la campagne pour le référendum sur l'extension des pouvoirs du président en Turquie. L'Allemagne et les Pays-Bas ont interdit des meetings où devaient s'exprimer des ministres turcs pour convaincre la diaspora de voter «oui».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала