Le véhicule du Jugement dernier: pourquoi la défense russe commande des Terminator

© Sputnik . Grigory Sysoev / Aller dans la banque de photosМеждународный военно-технический форум "Армия-2017". День второй
Международный военно-технический форум Армия-2017. День второй - Sputnik France
Le ministère russe de la Défense a enfin décidé de commander un lot de véhicules de combat et de soutien des chars (BMPT) Terminator, jusqu'à présent destinés uniquement aux exportations. Les Terminators sont des appareils nouveaux et assez intéressants au combat, qui n'ont pratiquement aucun équivalent dans le monde.

Même si leur objectif principal est de protéger les chars contre les troupes et les lance-roquettes de l'ennemi, les BMPT sont des véhicules polyvalents et redoutables pour n'importe quel adversaire. Il n'est pas exclu qu'ils puissent aussi servir, à l'avenir, de base pour la conception de robots de combat terrestres. Son haut degré d'automatisation et ses armes puissantes font de cet appareil un boucher impitoyable. Sputnik se penche sur l'avenir des BMPT dans l'armée russe et les raisons pour lesquelles le ministère de la Défense n'a décidé de les acheter qu'après les avoir testés en Syrie.

Un «garde du corps» pour les chars

L'objectif de protéger les chars lourds et manquant de visibilité face à l'infanterie agile de l'ennemi est apparu parallèlement à la création de ces engins puissants, et reste toujours pertinent. Si l'équipage d'un char est capable de remarquer à distance un véhicule de l'ennemi et de l'éliminer à l'aide de son canon, il lui est beaucoup plus difficile de repérer un soldat qui se cache dans un égout et est souvent en mesure de tirer sa roquette le premier. Les Allemands ont rapidement appris cette leçon en 1941: ils se sont mis à installer des filets métalliques au-dessus de leurs chars pour que les bouteilles d'essence jetées depuis les tranchées soviétiques ne puissent pas atteindre leurs véhicules.

Véhicule de combat et de soutien de chars Terminator - Sputnik France
Des blindés Terminator bientôt au service de l’armée russe
Mais ces bouteilles n'étaient pas la menace la plus importante. Les équipages soviétiques ont connu des temps beaucoup plus durs en 1945 à Berlin, quand les garçons des Jeunesses hitlériennes ont brûlé des dizaines de T-34 et d'IS à l'aide de leurs panzerfaust (des petits lance-grenades antichars à un coup). Les équipages expérimentés qui avaient combattu pendant des années et éliminé beaucoup de Tigres allemands ont subi une mort absurde délivrée par des écoliers allemands. Le commandement soviétique a rapidement tiré les conclusions nécessaires: il ne fallait pas envoyer les chars dans les villes. Malheureusement, cette expérience négative a été vite oubliée et Moscou a commis les mêmes erreurs en Afghanistan et en Tchétchénie.

La protection des chars contre l'infanterie peut être partiellement assurée par un moyen qui a déjà fait ses preuves: envoyer derrière les blindés des unités équipées de fusils d'assaut pour assurer l'observation et le nettoyage du territoire. Cette tactique assez efficace est toujours utilisée, mais elle a plusieurs inconvénients. Premièrement, l'infanterie est assez lente — ce qui freine l'offensive des chars. Deuxièmement, elle peut elle-même être ciblée par l'ennemi. C'est exactement pour ces raisons qu'on a conçu le Terminator: ce combattant métallique universel doit déblayer le chemin pour le groupe blindé d'assaut.

Les Terminators permettent aux équipages des chars de ne plus se soucier de la zone de proximité pour se concentrer sur la destruction des cibles larges, des blindés et des fortifications de l'ennemi. Les BMPT se chargeront efficacement de tout le travail noir et seront toujours là, tels des gardes du corps professionnels. Qui plus est, les Terminators sont en mesure de combattre l'infanterie mais pas seulement: la liste de leurs cibles potentielles est très diversifiée.

Un guerrier solitaire

L'intégration de ces appareils aux unités de chars permet de créer un groupe blindé d'assaut réunissant des moyens de combat spécialisés: les chars détruisent les bâtiments et les blindés alors que les BMPT éliminent l'infanterie, les systèmes antichars et les cibles légèrement blindées. Qui plus est, les Terminators peuvent agir de manière indépendante: renforcer les troupes, protéger les sites et les convois, liquider de manière ponctuelle les terroristes situés en haut des bâtiments.

Le T-14 Armata - Sputnik France
Terminator-3, l'arme que l'Otan devrait redouter
Les équipements de ces véhicules de combat sont impressionnants: protection balistique à 360°, moyens efficaces de repérage des cibles, système automatisé de tir, armes guidées de haute précision (notamment des missiles supersoniques), et armes automatiques puissantes munies de grandes réserves de munitions.

Deux canons automatiques rapides de 30mm 2A42 (qui font partie des équipements des hélicoptères Mi-8) peuvent tirer des obus à fragmentation ou de rupture capables de détruire n'importe quelle cible à une distance de 4 km. Leurs réserves de munitions se chiffrent à deux lots de 850 obus chacun. Les Terminators sont également munis de quatre missiles guidés supersoniques Ataka-T avec des ogives cumulatives et thermobariques, ainsi que de deux lance-grenades automatiques de 30mm AG-17D disposant d'un stock de 300 grenades chacun. Les concepteurs n'étaient visiblement pas certains que cet arsenal serait suffisant: ils y ont ajouté une mitrailleuse de 7,62mm.

Les optiques puissantes et le viseur thermique de ces appareils leur permettent d'éliminer efficacement jour et nuit les tireurs d'élite, ainsi que des unités d'infanterie munies de missiles antichars, de lance-roquettes et de mitrailleurs. Au combat, il est impossible d'éviter les Terminators: ils sont capables de supprimer par le feu les forces de l'ennemi à 360°. Les concepteurs ont obtenu ce résultat grâce à l'intégration d'un véritable cerveau mécanique à l'appareil — un système multicanal de tir. Les armes sont contrôlées à distance et se trouvent hors du compartiment de l'équipage sur une mini-tourelle. L'équipage du véhicule modernisé BMPT-72 Terminator 2 compte trois personnes. Les appareils de visée permettent au commandant du véhicule de repérer les chars de l'ennemi à une distance de 5 km.

Le baptême du feu syrien

Malgré les caractéristiques uniques des BMPT, le ministère russe de la Défense a longtemps hésité à en acheter, prenant son temps pour observer et considérer ses options. Les raisons de ces hésitations étaient multiples: les équipages trop importants, des caractéristiques visiblement trop bonnes pour être réelles, etc. On prévoyait initialement d'équiper une compagnie de l'armée de terre en BMPT avant 2010, mais l'appareil n'a pas été mis en service. De 2011 à 2013, un lot de dix Terminators a été livré au Kazakhstan. Le ministère ne voulait pourtant pas renoncer définitivement aux BMPT: en 2013 il a lancé un cursus spécial consacré à leur application de combat pour les enseignants de l'École supérieure des troupes aéroportées de Riazan.

Selon les experts, les militaires, conservateurs par nature, ne comprenaient pas tout à fait l'utilisation potentielle de ces nouvelles armes. Au final, un Terminator 2 a été envoyé en Syrie pour des essais. Cet été, il a été présenté par Valeri Guerassimov, chef de l'état-major général de l'armée russe, au président syrien Bachar al-Assad lors de sa visite à la base russe de Khmeimim. Aujourd'hui que le Terminator a fait ses preuves en Syrie, il peut désormais rejoindre les forces armées russes.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала