Indonésie: 1ère inculpation d’une femme voulant se faire exploser devant la présidence

Une Indonésienne qui envisageait de se faire exploser devant le palais présidentiel de Jakarta a été condamnée à une peine de sept ans et demi d’emprisonnement.

Dian Yulia Novi, âgée de 28 ans, a été condamnée à sept ans et demi de prison en vertu de son implication dans un projet d'attentat-suicide contre le palais présidentiel en lien avec Daech, écrit le journal britannique Daily Mail.

Cette femme enceinte de neuf mois a été reconnue coupable d'acte de terrorisme par le tribunal du district Est de Jakarta vendredi, a confirmé son avocat à l'AFP.

La police catalane à Cambrils - Sputnik France
Un terroriste de Cambrils s’excuse dans une lettre adressée à ses parents
C'est la première fois qu'une femme est condamnée en Indonésie pour une tentative d'attentat-suicide.

Au départ, les procureurs avaient exigé une peine de 10 ans pour Mme Novi, mais la sanction a été réduite car la femme a plaidé coupable.

Selon l'avocat de Mme Novi, cette dernière aurait été radicalisée via les réseaux sociaux alors qu'elle travaillait comme domestique à Taïwan.

Drapeau de Daech - Sputnik France
Un djihadiste dévoile les secrets de la formation terroriste de Daech
Les Indonésiennes jouent un rôle de plus en plus actif dans l'extrémisme violent et certaines cherchent à devenir des kamikazes pour Daech, selon un rapport publié en début d'année par l'Institut d'analyse des conflits (Ipac) de Jakarta.

La femme radicalisée et son mari Muhamad Nur Solikin ont été arrêtés fin 2016 car ils étaient soupçonnés de préparer une attaque suicide devant le palais présidentiel de Jakarta au cours d'un changement de la garde. Par la suite, une bombe artisanale a été trouvée dans leur domicile à Bekasi, une ville d'Indonésie située dans l'ouest de l'île de Java.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала