Région d’Homs: de l’aide humanitaire russe pour la seule ville dirigée par une femme

La Russie a acheminé plusieurs tonnes d’aliments à Al-Qusaïr, en Syrie. Les médecins du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit ont également dispensé des soins dans cette ville.

Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a envoyé plusieurs tonnes d'aide humanitaire à Al-Qusaïr, dans la province de Homs.

«On a livré 400 paquets d'aliments. Nous avons avant tout choisi cet endroit à cause de sa position à la frontière d'une zone de désescalade. Deuxièmement, cette ville est multiconfessionnelle», a affirmé le président du Centre Guennadi Konstantinov.

Syrie - Sputnik France
Ambassadeur russe à l’Onu: impossible de ne pas voir des progrès en Syrie
Troisièmement, toujours selon lui, la Russie a décidé d'acheminer des aliments dans cette ville afin de soutenir «la seule femme-maire de toute la province de Homs».

Des médecins militaires du Centre pour la réconciliation ont également examiné des dizaines de civils dans cette ville. Selon le représentant de l'unité médicale du Centre, Vladimir Korzovatykh, les hôpitaux ont suspendu leur travail à Al-Qusaïr, certains ont été détruits suite aux frappes des terroristes. Il n'y a pas de médecins sur place. Aussi, a-t-il ajouté, le Centre a-t-il apporté une assistance médicale à toutes les personnes dans le besoin.

Syrische Soldaten in der Nähe des Luftstützpunktes Deir ez-Zor (Archivbild) - Sputnik France
L’armée syrienne atteindra Deir ez-Zor d’ici 48 heures
M.Korzovatykh a aussi souligné que le plus grand problème de cette région était le manque d'aide médicale fournie aux enfants.

«On espère que grâce aux efforts collectifs, des villes comme celle-ci obtiendront une aide à l'enfance», a-t-il conclu, en ajoutant que les médecins russes continueraient à fournir leur soutien aux civils d'Al-Qusaïr.

Al-Qusaïr se trouve dans le sud-ouest de la province de Homs, dont la plupart des villages ont été pendant longtemps contrôlés par les terroristes.

À l'heure actuelle, trois zones de désescalade existent en Syrie: une au nord de la ville d'Homs, la deuxième dans la Ghouta orientale et la troisième à la frontière entre la Syrie et la Jordanie. Par ailleurs, la Russie, la Turquie et l'Iran examinent la possibilité de créer une quatrième zone de désescalade dans la Province d'Idlib.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала