Paris «remplace Londres» en tant que champion des relations Bruxelles-Ankara

© AFP 2022 Bulent Kilic Turkish and European Union flags fly together at Taksim Square on May 24, 2013, in Istanbul.
Turkish and European Union flags fly together at Taksim Square on May 24, 2013, in Istanbul. - Sputnik France
La France joue le rôle traditionnel du Royaume-Uni en tant que proche d’Ankara en Europe, affirme un professeur turc, alors que la guerre des déclarations entre l’Allemagne et la Turquie est politiquement opportune pour Berlin.

Esra Ozyurek, professeur turque de la London School of Economics, a partagé avec Sputnik son opinion sur la situation actuelle au sein de l'Union européenne et l'intégration d'Ankara.

«Le Royaume-Uni a été le partisan le plus fervent de l'intégration de la Turquie à l'UE. En son absence, c'est la France qui joue actuellement son rôle», a noté l'expert, faisant référence à une déclaration récente d'Emmanuel Macron sur la nécessité d'«éviter les ruptures» entre l'Union européenne et la Turquie.

Mme Ozyurek a également souligné que les frictions entre la Turquie et l'Allemagne n'ont pas affaibli Angela Merkel lors de sa campagne électorale, bien au contraire.

«Il est évident que sa position ferme envers la Turquie l'aide», a-t-elle indiqué, en ajoutant que la Turquie jouait un rôle spécifique pour les dirigeants européens: celui qui prend une position dure contre Ankara au cours d'une élection augmente automatiquement le niveau de sa popularité parmi ses militants.

«Merkel prend également cette position», a-t-elle signalé.

Selon le professeur turc, ce sont les Turcs habitant en Allemagne, dont la diaspora compte environ 1,5 millions, qui sont les perdants de cette détérioration des relations. Ils n'auraient pas le droit d'avoir la double citoyenneté et d'obtenir le soutien d'Ankara.

Brandenburger Tor, Berlin - Sputnik France
Nouvelle reculade de Berlin face à Ankara: pourquoi la Bundeswehr ne quitte pas la Turquie
Ces derniers mois, les tensions ne cessent de s'accentuer entre Berlin et Ankara. Récemment, le ministère turc des Affaires étrangères a dénoncé dans une déclaration les commentaires que des responsables allemands ont faits après l'arrestation en Turquie du militant allemand des droits de l'Homme Peter Steudtner.

Pour sa part, Berlin a publié de nouvelles recommandations concernant les voyages en Turquie, plus sévères que les précédentes. La Turquie a, en réponse, a accusé l'Allemagne de «comportement irresponsable».

Quant à la France, Emmanuel Macron a déclaré jeudi dans une interview au quotidien grec Kathimerini qu'il fallait «éviter les ruptures» entre l'Union européenne et la Turquie, «partenaire essentiel» dans de nombreuses crises.

«Je souhaite éviter les ruptures car c'est un partenaire essentiel dans de nombreuses crises que nous affrontons ensemble (…) le défi migratoire ou la menace terroriste notamment, et je m'y emploie par des contacts très réguliers avec le président Erdogan », a-t-il ajouté.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала