«On espère pouvoir apaiser les tensions de chaque côté et que l’on parle du fond du sujet»

© AFP 2022 Georges Gobetmanifestation contre la « Loi travail »
manifestation contre la « Loi travail » - Sputnik France
Le secrétaire général du syndicat de Police VIGI, Alexandre Langlois, a expliqué à Sputnik pourquoi les policiers avaient décidé de rejoindre le mouvement du 12 septembre et même de prendre la tête du cortège qui défilera ce jour-là.

Le syndicat de police VIGI a proposé de se positionner dans le cortège de tête pour faire comprendre à toute personne violente que perturber une manifestation syndicale ou agresser un policier ne ferait que le jeu du gouvernement et lui permettrait de continuer d'éviter de débattre du fond des sujets, a déclaré Alexandre Langlois à Sputnik.

Edouard Philippe - Sputnik France
Réformer le Code du travail par ordonnances : un nouveau 49.3 ?

«On veut tous le rejoindre, car nous sommes tous concernés par la casse du code du travail puisque ce qui va impacter le secteur privé, par ricochet, finira forcément par impacter le secteur public», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Et de rappeler que le Président avait annoncé le 17 juillet qu'il voulait faire un point d'indice par fonction public, ce qui voulait dire que cela allait dans la droite ligne de son code du travail donc diviser pour mieux régner.

«Si on attaque en amont, cela évitera de se battre pour le secteur public par la suite. […) Raison de plus pour descendre dans la rue», a estimé M.Langlois.

Il a rappelé que cet été Emmanuel Macron s'était déjà mis à dos l'armée.

la loi Travail - Sputnik France
Des manifestations à Paris et dans toute la France pour l'abrogation de la loi Travail

«Peut-il réussir à se mettre à dos également la police?», s'est demandé le chef syndical.

Quant à la manifestation contre la loi El Komri en 2016 qui avait été marquée par de nombreuses échauffourées, quand un groupe de protestataires encagoulés avait affronté les forces de l'ordre, notamment en leur jetant des projectiles, M.Langlois a souligné que la seule chose que ses collègues voulaient, c'était de pouvoir regarder les manifestants défiler et rentrer chez eux sans être blessés.

«Le meilleur moyen pour y arriver est de ne pas intervenir. […] S'il n'y a pas de débordements dans le cortège de tête, nos collègues n'auront pas de raison d'intervenir. On espère pouvoir apaiser les tensions de chaque côté et que l'on parle enfin du fond du sujet», a-t-il résumé.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала