Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Nucléaire coréen: l'hyperpuissance US en plein déclin

© Sputnik . Evgenia Novozhenina / Aller dans la banque de photosDrapeau américain en berne
Drapeau américain en berne - Sputnik France
S'abonner
Pour un chroniquer du Figaro, le fait que les États-Unis ont échoué à faire adopter une résolution très dure pour sanctionner Pyongyang après son récent essai nucléaire «marque un net déclin de leur influence en Extrême-Orient».

Corée du Nord - Sputnik France
Pyongyang: les USA «obsédés» par le nucléaire nord-coréen «qui a atteint son stade final»
Les États-Unis ont été en mesure de dicter leur loi au monde durant toute la décennie qui a suivi l'effondrement de l'URSS, mais il semble que leur hyperpuissance touche à sa fin, estime Renaud Girard dans un article publié par Le Figaro.

Le chroniquer évoque ainsi le conflit du Kosovo au terme duquel les Américains ont réussi à arracher à la Serbie sa vieille province pour en faire «un État bientôt indépendant sans qu'aucune nation n'ose protester ouvertement». Or, l'exemple de la Corée du Nord montre que cette situation n'existe plus, indique M.Girard.

«Ce lundi 11 septembre 2017 restera dans les annales comme une date marquant un net déclin de l'influence américaine en Extrême-Orient», affirme l'analyste.

Rex Tillerson - Sputnik France
Les USA promettent «une réponse» aux essais nucléaires de Pyongyang
Il rappelle qu'à son arrivée aux affaires en janvier 2017, le Président Trump a dit que Washington «ne tolérerait pas que Pyongyang se dote de missiles intercontinentaux à tête nucléaire capables d'atteindre son territoire». Pourtant, la Corée du Nord poursuit toujours ses programmes balistique et nucléaire en dépit des menaces proférées par M.Trump.

Toujours selon Renaud Girard, l'incapacité des États-Unis à contraindre la Corée du Nord à renoncer aux armes nucléaires s'inscrit «dans une longue suite d'échecs géopolitiques, qui ont bouté l'Amérique de son piédestal d'hyperpuissance».

Il cite ainsi «trois autres grands reculs américains», dont l'échec de Washington en Afghanistan, le soutien apporté par les États-Unis aux révolutions de couleur en Géorgie et en Ukraine ainsi que leur impuissance à obtenir le départ de Bachar el-Assad du pouvoir en Syrie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала