Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Égalité des sexes à l’ère des Vikings? Les restes d'une guerrière découverts en Suède

S'abonner
Est-il possible qu’une femme combattait aux côtés de soldats masculins à l’âge des Vikings? «Oui», répond une analyse ADN menée sur les restes d’un guerrier, bien que certains experts de l’époque des Viking mettent ce fait en doute.

En 1880, dans l'ancien village de Birka en Suède, des archéologues ont trouvé le squelette d'un guerrier de haut rang, entouré d'armes militaires. Pendant plus d'un siècle après la découverte, la communauté scientifique a supposé que les ossements étaient ceux d'un homme. Or, ce n'est désormais plus le cas! Après un test ADN, les chercheurs persistent et signent: il s'agissait d'une guerrière.

Le métro de Los Angeles - Sputnik France
Les restes de mastodontes âgés de 10.000 ans trouvés dans le métro californien
Outre les restes, les archéologues ont trouvé dans la tombe une épée, une hache, une lance, des flèches perforantes, un couteau de combat, deux boucliers, et même deux chevaux, raconte le Washington Post. De plus, des pièces de jeu également trouvées près des ossements suggèrent une connaissance des tactiques militaires.

Les chercheurs ont analysé l'ADN extrait d'une dent et d'un os de bras et confirmé que le squelette, connu sous le nom de Bj 581, appartenait à une personne ayant deux chromosomes X, c'est-à-dire une femme, ont déclaré les scientifiques dans une recherche publiée dans les pages de la revue American Journal of Physical Anthropology.

«Nous avons été aveuglés par l'équipement de guerrier», a déclaré Anders Gotherstrom, l'un des chercheurs, dans un courriel au journal. «Les articles de la tombe te crient "guerrier" et rien d'autre.»

Vikings - Sputnik France
Le plus grand trésor des Vikings jamais connu découvert au Danemark
Selon la professeur Judith Jesch, l'origine des ossements est douteuse parce qu'ils ont été découverts au XIXe siècle. Encore, on ignore si la tombe appartenait réellement à un officier «de haut rang». Le squelette n'avait pas de marques de blessures, et le professeur émet un doute quant à la profession de la femme.

Elle a par ailleurs déclaré que la «fascination autour des femmes guerrières» est «probablement trop fortement influencée par les désirs des XXe et XXIe siècles».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала