Uber perd son droit d’opérer à Londres

© REUTERS / Neil HallA photo illustration shows the Uber app logo displayed on a mobile telephone, as it is held up for a posed photograph in central London, Britain August 17, 2016.
A photo illustration shows the Uber app logo displayed on a mobile telephone, as it is held up for a posed photograph in central London, Britain August 17, 2016. - Sputnik France
Les autorités des transports à Londres viennent d’annoncer qu’elles n’ont pas l’intention de renouveler la licence de la société de voitures avec chauffeur Uber, qui expire le 30 septembre. La société compte faire appel de cette décision.

Uber, la société américaine de location de voitures avec chauffeur, vient de perdre son droit d'opérer à Londres, au Royaume-Uni. En effet, l'autorité compétente, le Transport for London (TfL), a annoncé qu'elle ne prévoyait pas de renouveler sa licence, qui expire le 30 septembre prochain.

«Le TfL a conclu qu'Uber Londres n'est pas apte ni légitime à détenir une licence d'exploitation de chauffeurs privés», ont déclaré vendredi les autorités de transport londoniennes. Selon le TfL, «l'approche et le comportement d'Uber démontrent un manque de responsabilité de l'entreprise» en matière de sécurité publique.

Logo de la compagnie Uber - Sputnik France
Uber s'allie avec Yandex.Taxi en Russie
Sadiq Khan, le maire de Londres, a soutenu la décision, déclarant qu'il n'était pas raisonnable d'accorder une licence à un service qui pouvait représenter une menace à la sécurité.

Uber dispose de vingt jours pour faire appel de cette décision, ce dont elle ne va pas se priver: 

«Le Transport for London et le maire ont cédé à un petit nombre de personnes qui souhaitent restreindre le choix du consommateur. Nous allons immédiatement faire appel», a réagi la compagnie dans un communiqué, ajoutant que la décision «montre au monde que, loin d'être ouvert, Londres est fermé aux entreprises innovantes».

Soyouz - Sputnik France
Le Soyouz, c'est Uber mais dans l’espace d’ici 2019!
L'appel permettra à la société de continuer à opérer jusqu'à ce que la décision du tribunal soit rendue. La société a ajouté que la décision des autorités britanniques ne touchait pas UberEATS, un service de livraison de plats cuisinés.

Notons qu'Uber a été fustigé à Londres par des syndicats, des parlementaires et des conducteurs de taxis traditionnels pour les conditions de travail de ses chauffeurs.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала