La Russie, la Turquie et l’Iran toujours unis face aux USA

Les visions similaires de la Russie, la Turquie et l’Iran sur le dossier syrien ont fait naître une nouvelle union stratégique ne laissant pas de place aux USA. Farzad Ramazani Bonesh, expert indépendant iranien explique au micro de Sputnik les raisons qui ont poussé le trio à se détourner des États-Unis.

La crise syrienne a fait se rapprocher la Russie, la Turquie et l'Iran, tous les trois aspirant à résoudre le plus vite possible le conflit qui ravage le pays arabe depuis 2011.
L'expert indépendant iranien sur le Proche-Orient Farzad Ramazani Bonesh a expliqué à Sputnik les raisons et les perspectives de la coopération entre ces trois pays, sans oublier d'évoquer le rôle des États-Unis.

Syrie - Sputnik France
«Des choses étranges se produisent en Syrie»
M.Bonesh a ainsi souligné les progrès atteints par сes États «dans le développement d'une collaboration trilatérale sur différentes questions» et notamment sur les possibilités de règlement de la crise syrienne.

Bien que les points de vue de ces pays ne convergent pas dans tous les domaines, les consultations tripartites se poursuivent et démontrent clairement que les acteurs veulent élargir leur champ d'action, y compris en matière de géopolitique et de sécurité.

L'expert a en outre évoqué la détérioration des relations entre Moscou et Washington depuis que Donald Trump est devenu Président ainsi que les tensions entre les USA et la Turquie, en dépit du fait qu'ils sont tous les deux membres de l'Otan et ont des liens mutuels de coopération militaire.

«Cela a poussé la Turquie à se réorienter vers la coopération avec l'Iran et la Russie et à intensifier le dialogue avec ces deux pays sur diverses questions stratégiques», a-t-il déclaré à Sputnik.

Farzad Ramazani Bonesh a en outre évoqué l'«aggravation des relations entre l'Iran et les États-Unis dans le contexte de la rhétorique agressive de M. Trump».

«Tout cela a abouti à la création d'un système de coopération trilatérale entre l'Iran, la Russie et la Turquie comme étant le modèle le plus efficace pour résoudre la crise syrienne. Il peut également être utilisé pour résoudre d'autres problèmes», a souligné M. Bonesh.

Cependant, l'expert est persuadé que les États-Unis et leurs alliés du Moyen-Orient feront tout pour entraver le processus de coopération entre l'Iran, la Russie et la Turquie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала