Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Expert US: En prêtant son «parapluie nucléaire» à Pyongyang, Pékin réglerait la crise

© AFP 2021 Fred DufourPékin
Pékin - Sputnik France
S'abonner
En se mettant sous la protection de Pékin, Pyongyang s'assurerait une meilleure garantie de sécurité que le fait d'entretenir son propre arsenal nucléaire et participerait à régler la crise nord-coréenne. C'est en tout cas ce qu'estime le directeur du centre de sécurité nationale de l’Université Columbia, Philipp Bobbit.

Pékin pourrait contribuer au règlement de la crise autour des programmes balistique et nucléaire de la Corée du Nord en acceptant de lui prêter «son parapluie nucléaire» assurant ainsi sa sécurité en cas d'attaque préventive des États-Unis, suppose le directeur du centre de sécurité nationale de l'Université Columbia, Philipp Bobbit, cité par le Time.

Pour la Chine, cette solution pourrait également être avantageuse, estime l'expert, car Pékin prendrait ainsi la responsabilité de maintenir la paix dans le monde, ce qui renforcerait son image sur l'arène politique mondiale.

Kim Jong Un - Sputnik France
Pyongyang menace de riposter face aux USA par un essai d'une bombe H «sans précédent»
Quant à Pyongyang, il pourrait avoir ses propres raisons d'accepter une telle protection de la part de la Chine puisque les méthodes de première frappe sont toujours perfectionnées par les États-Unis, qui ont fait des progrès dans la mise en place de systèmes de surveillance, le suivi des cibles et l'analyse de l'information dans le cadre de l'élaboration du concept de première frappe.

En revanche, comme l'indique M. Bobbit, si Pyongyang accepte de s'abriter sous ce «parapluie nucléaire» de Pékin, cela lui assurera une meilleure garantie de sécurité que de posséder son propre arsenal nucléaire, qui pourrait être frappé par les États-Unis.

Lors de son premier discours devant l'Assemblée générale de l'Onu mardi, Donald Trump a menacé de «détruire totalement» la Corée du Nord, affublant son dirigeant Kim Jong-un du surnom de «Rocket Man» («l'homme-fusée»), «embarqué dans une mission-suicide pour lui et son régime».

En réponse aux déclarations de M. Trump, Pyongyang a pour sa part évoqué la possibilité de procéder à l'essai d'une bombe H d'une puissance sans précédent dans l'océan Pacifique.

Par la suite, le chef de la Maison-Blanche a promis via son compte Twitter de mettre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à l'épreuve «comme jamais», tout en le traitant de «forcené».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала