L’allemagne a choisi une «Alternative» au Bundestag

© REUTERS / Axel SchmidtCo-lead AFD candidates Alexander Gauland and Alice Weidel attend a news conference in Berlin, Germany September 18, 2017.
Co-lead AFD candidates Alexander Gauland and Alice Weidel attend a news conference in Berlin, Germany September 18, 2017. - Sputnik France
Les élections législatives allemandes, qui découleront sur la nomination du chancelier pour les quatre prochaines années, se sont tenues dimanche. L'AfD entre au parlement pour la première fois.

A l'âge de 63 ans, Angela Merkel est à la barre du pays depuis 2005. On aurait pu penser que l'électorat allemand s'en lasserait après toutes ces années. Mais la stabilité a prévalu sur la lassitude, écrit lundi le quotidien Izvestia.

Ces dernières années, l'Allemagne est restée la locomotive de l'économie de l'UE avec une croissance annuelle modeste de 1,9% du PIB en 2016 et un taux de chômage bas à hauteur de 4%.

Frauke Petry - Sputnik France
L'Alternative pour l'Allemagne déjà divisée après les législatives
Les spéculations sur le thème des éventuelles coalitions vont jusqu'à pronostiquer l'apparition, après les élections, d'un gouvernement de la minorité mené par les sociaux-démocrates. Mais aucun scénario de coalition postélectorale n'inclut le parti de la droite nationaliste AfD, qui représente désormais la troisième force politique au parlement allemand.

Ce parti est apparu en 2013 pendant la crise de la zone euro et a attiré l'attention par sa critique sévère de la situation économique en Allemagne et en UE. Mais à partir de 2015, en pleine crise migratoire qui s'est traduite pour l'Allemagne par une affluence de plus d'un million de réfugiés, l'AfD s'est transformée en force antimigratoire.

Merkel beim Urnengang in Berlin - Sputnik France
Et l’alternance politique, Frau Merkel?
Mais même l'entrée au parlement ne rend pas l'AfD fréquentable pour les autres forces politiques. Dans le même temps, aussi fortes que soient dans le pays les réflexions concernant le passé nazi que l'AfD est souvent accusé de faire resurgir, il faudra tout de même tenir compte de cette force.

Dans les faits, les partis traditionnels ont déjà accepté plusieurs idées de l'extrême-droite. Le programme du SPD, par exemple, prône un contrôle plus strict des frontières de l'UE et une déportation accélérée des migrants criminels, ou encore la proposition d'Angela Merkel d'interdire partiellement le port du voile en Allemagne.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала