Silence, on tourne: le soft power militaire français bientôt au cinéma

© REUTERS / Philippe WojazerPatrouille de soldats français dans les rues de Paris.
Patrouille de soldats français dans les rues de Paris. - Sputnik France
À l'instar du Pentagone et de Hollywood, le ministère français des Armées signera un accord avec la Guilde des scénaristes pour promouvoir son image à l'écran. Jean-Yves Le Drian a d'ailleurs déjà assisté à la première de «Bureau des Légendes», qui dépeint le quotidien de la DGSE et est diffusé à l’étranger, y compris en Russie.

Décidée à renforcer sa coopération avec le cinéma français, l'armée française envisage de promouvoir son image à l'écran en recourant plus largement au septième art. L'intérêt des réalisateurs et du grand public a en effet grandi pour les sujets de fiction liés à la Défense et à ses services, comme la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) avec la série de Canal+ «Le Bureau des Légendes» d'Eric Rochant, relate Reuters.

Internet, Daech - Sputnik France
Propagande en ligne de Daech: plus de clics au Royaume-Uni qu’ailleurs en Europe
D'ailleurs, il ne s'agit pas d'une véritable «première»: dès la fin des années 30, les armées françaises ont usé du cinéma comme d'un outil de propagande ou de contre-propagande, mais elles ont pris un net retard sur les forces américaines dans le maniement du septième art.

Ainsi, dans le sillage du succès de la série «Bureau des Légendes», achetée par les Américains, l'ex-ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait lancé en mai 2016 une «Mission cinéma» au sein du ministère pour succéder au Bureau d'accueil des tournages, une instance qu'accueille chaque ministère.

Outre la mise à disposition de bâtiments moyennant rémunération (une grille tarifaire de 2010 fixe entre 925 et 4.000 euros une journée de tournage en Ile-de-France), le conseil, à titre gracieux, se développe. Le ministère, présent chaque année au Festival de Cannes, reçoit une centaine de demandes de tournage par an.

Charlie Chaplin - Sputnik France
L’humour, «arme» que la Flandre opposera bientôt à la propagande de Daech
«Depuis longtemps, les armées américaines travaillent avec Hollywood de manière étroite. C'est ce type de relation de confiance, toutes proportions gardées, que nous souhaitons établir, conforter, développer», dit le chef de la Mission cinéma, Olivier-René Veillon.

L'idée n'étant pas de «s'américaniser», dans la représentation du héros militaire ou du prosélytisme antidjihadiste, mais d'«inspirer» et de favoriser une description juste et non fantasmée de l'armée, a assuré une source militaire.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала