Madrid «fait manœuvrer le roi» dans une partie d’échecs contre la Catalogne

Dans son discours, le roi d’Espagne Felipe VI a réaffirmé l’unité du pays et dénoncé la «déloyauté inadmissible» du gouvernement catalan. L’analyste international Esteban Actis en a parlé dans un entretien accordé à Sputnik.

Le roi a notamment insisté sur le fait que le gouvernement catalan s'était mis en marge de la démocratie», en essayant de «rompre l'unité de l'Espagne et la souveraineté nationale». Cette intervention a surpris de la part d'un monarque qui, depuis son accession au trône en 2014, avait choisi de protéger la neutralité de la couronne, rappellent les médias.

manifestation en Catalogne - Sputnik Afrique
«Vos politiques, nos morts»: le roi Felipe VI hué pendant la manifestation en Catalogne

«Au jeu d'échecs, quand le joueur fait manœuvrer le roi, cela signifie qu'il a des problèmes. Dans ce cas précis, l'apparition de Felipe VI montre à quel point le gouvernement de Mariano Rajoy a besoin d'un consensus avec les forces politiques, notamment avec les socialistes et la monarchie», a déclaré Esteban Actis à Sputnik.

Et d'ajouter que les deux parties, Barcelone et Madrid, adoptaient des positions «extrémistes» et ne voulaient en aucun cas faire preuve de faiblesse. Après le référendum et en prévision de la sécession de la Catalogne, le gouvernement de celle-ci a fait un pas irréversible, et si Madrid applique l'article 155, ce serait aussi un pas dangereux et irréversible.

Catalan President Carles Puigdemont speaks during a news conference at Generalitat Palace in Barcelona - Sputnik Afrique
La Catalogne prête à proclamer son indépendance à la fin de la semaine

Felipe VI a évoqué les arguments maintes fois répétés par le gouvernement du Premier ministre, Mariano Rajoy, pour justifier l'utilisation éventuelle de l'article 155 de la Constitution de 1978, jamais encore invoqué, qui autorise notamment l'exécutif à « prendre les mesures nécessaires» contre une communauté autonome qui «porterait atteinte à l'intérêt général de l'Espagne» — en somme, prendre le contrôle direct de la Catalogne.

Le roi d'Espagne a par ailleurs justifié en quelque sorte les violences policières, en disant que «c'est la responsabilité des pouvoirs légitimes de l'État de garantir l'ordre constitutionnel et le fonctionnement normal des institutions».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала