Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Parler des violences policières en Catalogne sans en nommer les auteurs est «décevant»

S'abonner
Le Parlement européen a pris la décision d’inscrire les violences policières à l’égard des participants au référendum en Catalogne à son agenda. Pourtant, selon certains hommes politiques, cette mesure ne vise qu’à soutenir le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, relate le portail d’information teleSUR.

Catalan President Carles Puigdemont speaks during a news conference at Generalitat Palace in Barcelona - Sputnik France
La Catalogne prête à proclamer son indépendance à la fin de la semaine
La discussion générale prévue par le Parlement européen sur les violences policières qui ont entaché le référendum catalan ne réglera pas le problème et portera atteinte à la crédibilité de l'Union européenne, a déclaré Amadeu Altafaj, représentant permanent de la Communauté autonome catalane à Bruxelles, selon le site d'information teleSUR.

Il a ainsi commenté l'initiative du groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) du Parlement européen d'organiser une réunion d'urgence dans les jours à venir pour parler des violences policières.

La réunion est intitulée «Les violences policières à l'égard de citoyens pacifiques en Catalogne».

«Parler de la violence en général sans préciser le type de la violence ou sans en nommer les responsables et d'en tirer des conclusions politiques est décevant», a déclaré M.Altafaj.

Pour Ska Keller, la présidente du groupe Verts, le Parlement européen doit jouer le rôle de médiateur.

«Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur les violences policières que nous avons vues hier en Catalogne. La violence n'est pas notre solution. Nous avons besoin d'un dialogue parce que c'est notre seule issue.»

Le référendum sur l'autodétermination de la Catalogne s'est déroulé malgré l'opposition de Madrid. La Cour constitutionnelle d'Espagne a suspendu tous les documents adoptés par la Généralité et le Parlement de Catalogne relatifs au vote, déclarant illégales toutes les actions des autorités catalanes visant à préparer le référendum. Pendant le scrutin, des heurts ont opposé la police aux personnes venues pour voter et protéger les bureaux de vote encore ouverts. Selon les autorités catalanes, au moins 844 civils ont été blessés.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала