The National Interest: Trump veut-il vraiment la guerre avec la Corée du Nord?

Alors que la situation s'aggrave autour du programme balistique et nucléaire de la Corée du Nord, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a déclaré que Washington cherchait des canaux de communication avec Pyongyang pour préparer d'éventuelles négociations.

La réaction de la Maison blanche a été immédiate: le président américain Donald Trump a appelé son chef de diplomatie à «ne pas perdre son temps en essayant de s'entendre avec Little Rocket Man».

Donald Trump et Kim Jong Un - Sputnik Afrique
Trois voies de développement des relations entre les USA et la Corée du Nord
Une vive réaction de Trump aux propos de Tillerson concernant le dialogue avec la Corée du Nord pousse à se demander si le président américain souhaiterait déclencher une véritable guerre contre Pyongyang, se demande The National Interest.

Il n'y a rien de surprenant à ce que le président américain prenne sous son contrôle l'agenda du département d'État américain, mais il est très rare que le chef de la Maison blanche soit en telle divergence avec l'un de ses protégés, indique le média. Visiblement, Washington suit actuellement deux lignes contradictoires vis-à-vis de la Corée du Nord. Ainsi, ces deux derniers mois, Trump a tenté plusieurs fois d'intimider Kim Jong-un, qui répondait par la réciproque à l'ancien présentateur de télévision. Notamment, face à la menace américaine de détruire la Corée du Nord, le dirigeant nord-coréen a qualifié Trump d'«attardé mental».

Donald Trump et Melania Trump - Sputnik Afrique
Première femme vs Première dame US: à qui la victoire?
Dans l'ensemble, d'après The National Interest, la stratégie de Trump ressemble à l'approche de son prédécesseur Barack Obama: Washington prône le durcissement des sanctions après chaque nouvel essai balistique ou nucléaire, tandis que la Chine serre peu à peu les boulons. Dans le même temps, Pyongyang continue de tenir des déclarations scandaleuses et de développer son potentiel. La principale différence du président républicain par rapport à Obama est qu'il menace en permanence de déclencher une guerre.

Plus Trump profère des menaces qui ne se traduisent pas en actes, plus il donne l'impression d'être un poseur à la langue bien pendue. A force, les autorités nord-coréennes pourraient cesser de prendre ses menaces au sérieux — même quand ce sera nécessaire. Néanmoins, il serait d'autant plus alarmant que le locataire de la Maison blanche soit sérieux dans ses menaces car des frappes des USA contre la Corée du Nord, même limitées, conduiraient très probablement à une nouvelle guerre de Corée.

Trump souhaite concourir avec Tillerson à un test de QI - Sputnik Afrique
Trump souhaite concourir avec Tillerson à un test de QI
D'après Donald Trump, que faut-il donc faire dans ces conditions? En effet, il parvient mieux à proférer des menaces qu'à entreprendre des démarches concrètes, et la conviction qu'il a de sa réussite ne rassure pas.

Un dialogue avec la Corée de Nord permettrait de remplir plusieurs tâches. Avant tout, en engageant la discussion avec Pyongyang, il serait possible de faire redescendre la température politique sur la péninsule coréenne. «De plus, souligne l'éventuel futur ambassadeur des USA en Corée du Sud Victor Cha, le comportement de Pyongyang est moins provocateur quand le régime entretien une coopération diplomatique avec les USA». Les contacts bilatéraux pourraient également diminuer le sentiment d'encerclement que nourrissent les autorités nord-coréennes.

Cette nouvelle aspiration des USA à la guerre est contreproductive et dangereuse. De son côté, Rex Tillerson fait précisément ce que doit faire un secrétaire d'État: chercher une alternative pacifique. Son aspiration est peut-être vouée à l'échec, mais lui et les citoyens américains ne pourront le savoir qu'en essayant, conclut la revue.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала