Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Moscou «peine à imaginer» comment se retirer de jure de l’accord sur le nucléaire iranien

S'abonner
Alors que le chef de la Maison-Blanche s’apprête à révoquer l’accord sur le programme nucléaire iranien, au risque d'isoler les États-Unis, Moscou affirme de son côté que ce projet est difficilement réalisable.

Face à la menace de Washington de révoquer d'ici dimanche l'accord sur le programme nucléaire iranien, Moscou a du mal à imaginer comment il est possible de réaliser cette démarche du point de vue juridique, a annoncé ce jeudi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

«J'ignore ce que les Américains annonceront dans les jours à venir. Mais compte tenu du statut que revêt cette entente, son approbation par la plus haute institution responsable de la paix et de la sécurité dans le monde d'aujourd'hui, je peine à imaginer comment il est possible de quitter de jure un accord qui représente le fruit d'efforts collectifs reconnu par tout le monde en tant qu'acte international à l'exécution obligatoire», a indiqué le ministre.

Selon M. Lavrov, le Plan d'action conjoint commun (JCPOA), nom officiel de l'accord, représente un important paquet de documents qui détaillent les aspects de l'entente ainsi que les mécanismes d'examen des réclamations des parties concernées.

Le Président américain pourrait dévoiler sa décision concernant l'accord sur le nucléaire dès vendredi à l'occasion de la présentation de sa nouvelle stratégie vis-à-vis de l'Iran, rapportent certains médias.

Pyongyang - Sputnik France
Accord iranien: la sortie des États-Unis se répercuterait sur le dossier nord-coréen
Selon des fuites à la Maison blanche, Donald Trump, qui dénonce depuis des mois le «pire accord jamais conclu», ne certifiera pas l'accord et devrait transmettre le dossier au Congrès des États-Unis.

À Washington, comme en Europe, des voix se sont pourtant élevées pour tenter de convaincre le Président américain de renoncer à son projet, en vain jusqu'à présent.

Le traité a été signé par l'Iran, les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Union européenne. Il vise à limiter les activités nucléaires de la République islamique en échange de la levée des sanctions internationales contre la République islamique.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала