«La Russie est une justification pour les démocrates qui ont perdu les élections»

Le Président américain a expliqué pourquoi les démocrates américains étaient tellement obsédés par l'idée de l'ingérence russe dans les élections présidentielles de 2016. Selon Donald Trump, ils cherchent ainsi à justifier leur défaite qui s'explique essentiellement par leur mauvaise stratégie dans les États-clés.

A journalist writes a material as she watches a live telecast of the U.S. presidential election standing at portraits of U.S. presidential candidate Donald Trump and Russian President Vladimir Putin in the Union Jack pub in Moscow, Russia, Wednesday, Nov. 9, 2016 - Sputnik Afrique
Trump ne croit pas que Vladimir Poutine aurait pu le soutenir aux élections US
Les démocrates américains ont inventé l'histoire de l'ingérence russe uniquement pour justifier la défaite qu'ils ont subie aux élections présidentielles. En réalité, c'est leur mauvaise stratégie qui ne leur a pas permis d'obtenir le soutien des États-clés, a déclaré Donald Trump dans une interview accordé à la chaîne Fox News.

«La Russie est une justification pour les démocrates qui ont perdu les élections […] Ce n'était pas la Russie, c'était leur mauvaise candidate. Cette candidate [Hillary Clinton, ndlr.] n'est allée ni Wisconsin ni au Michigan, comme elle aurait dû le faire. Cette candidat a dépensé énormément d'argent, comme vous le savez, deux fois plus que moi. Elle a été battue dans le bel Etat de Pennsylvanie, elle a échoué en Floride, en Caroline du Nord et en Caroline du Sud. Elle a fait perdre [les démocrates — ndrl] dans le Wisconsin pour la première fois depuis des dizaines d'années. Elle a perdu dans le Michigan. Mais, malgré tout cela, ils disent: "Russie"», a indiqué le Président.

Le 6 janvier, la CIA, le FBI et l'Agence nationale de la sécurité (NSA) ont publié un rapport accusant la Russie d'ingérence dans la présidentielle américaine en faveur du candidat républicain Donald Trump. Cependant, les services en question ont refusé d'en fournir des preuves, invoquant le caractère secret du document.

Le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a affirmé pour sa part que les allégations visant Moscou étaient «dénuées de tout fondement». Pour sa part, le nouveau chef de la Maison-Blanche a à plusieurs reprises démenti tout lien avec Moscou et les intérêts russes, qualifiant les rapports à ce sujet de «mensonges absolus».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала