Facebook ferait appel à des agents secrets et fonctionnaires gouvernementaux US

© AP Photo / Matt RourkeFacebook logo
Facebook logo - Sputnik France
Facebook chercherait à embaucher des personnes ayant accès aux informations classifiées des États-Unis pour prévenir d'éventuelles ingérences dans les élections, a annoncé à Bloomberg une source familière de la situation qui a requis l'anonymat.

A man is silhouetted against a video screen with a Facebook logo as he poses with a smartphone in this photo illustration taken in Zenica. - Sputnik France
Facebook enlève la Russie de son rapport sur l’influence sur l’élection US
Facebook voudrait avoir à son service des employés à habilitation de sécurité pour empêcher l'apparition de «sociétés douteuses dans les réseaux sociaux» à la veille d'élections dans différents pays, a précisé la source. Grâce à leur habilitation, ces employés devraient reconnaître rapidement de telles sociétés, a-t-elle ajouté.

Les candidats à ces postes sont le plus souvent d'anciens fonctionnaires du gouvernement ou du renseignement. Toujours selon la même source, leur habilitation devient inactive une fois qu'ils ne travaillent plus pour le gouvernement, mais peut être réactivée. Bloomberg fait remarquer qu'embaucher des personnes à habilitation de sécurité est une pratique courante pour des sociétés privées.

Facebook s'est refusé à tout commentaire. Le bureau du directeur du renseignement national (DNI) et le département de la Sécurité intérieure des États-Unis n'ont, eux non plus, pas répondu aux demandes de l'agence.

A 3D plastic representation of the Facebook logo is seen in this illustration in Zenica, Bosnia and Herzegovina - Sputnik France
Facebook accuse Moscou d’ingérence dans les élections US et… se contredit
Facebook avait précédemment annoncé son intention d'embaucher plus d'un millier d'employés pour lutter contre la publicité politique sur le réseau social. Selon des informations parues précédemment, Facebook aurait admis devant le Congrès le financement de certaines publicités sur sa plateforme en vue d'influencer la présidentielle de 2016.

Facebook aurait fourni ces données à l'équipe de Robert Mueller, ancien directeur du FBI et procureur spécial chargé de l'enquête sur les soupçons d'ingérence russe durant la campagne présidentielle.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала