Loi sur les langues en Ukraine: Moscou pourrait répliquer en reconnaissant le Donbass

© Sputnik . Dan LevyDrapeau de la République autoproclamée de Donetsk
Drapeau de la République autoproclamée de Donetsk - Sputnik Afrique
En réaction à la nouvelle loi ukrainienne limitant l'enseignement en langue russe, Moscou pourrait reconnaître les «républiques populaires» du Donbass, estime un analyste russe.

Manuel du russe - Sputnik Afrique
L’Onu appelée au secours des russophones en Ukraine
La Russie dispose de plusieurs leviers pour exercer des pressions sur l'Ukraine et l'inciter à modifier sa nouvelle loi sur l'éducation, estime le membre du Conseil pour les relations interethniques auprès du Kremlin, Bogdan Bezpalko.

Auparavant, la Présidente du Conseil de la Fédération (sénat russe), Valentina Matvienko, avait déclaré que Moscou ne permettrait pas aux autorités ukrainiennes de discriminer les minorités nationales et la population russophone.

Selon M.Bezpalko, la Russie pourrait compliquer le travail des représentations ukrainiennes dans les organisations internationales ou rompre le Grand Accord sur l'amitié signé entre Moscou et Kiev en 1997.

Sanctions - Sputnik Afrique
La Hongrie promet des sanctions contre l'Ukraine
Parmi les mesures plus sévères que Moscou pourrait être amené à prendre, l'analyste cite un possible renforcement du contingent militaire russe en Crimée ou sur la frontière avec les «républiques populaires» autoproclamées de Donetsk et de Louganks.

«En fin de compte, la Russie pourrait reconnaître les républiques de Donetsk et de Lougansk. Vu que le format de Minsk ne fonctionne plus, tout ou tard il sera possible de reconnaître les "républiques populaires" comme des États indépendants et de conclure avec elles des accords, notamment dans le domaine de la défense», explique M.Bezpalko.

D'après la loi votée début septembre par la Rada, l'ukrainien devra, à partir de la rentrée 2018, être la langue principale au collège et au lycée. Les autres langues, notamment le russe, le hongrois, le roumain ou le polonais, parlées par les minorités ethniques résidant sur le territoire du pays, seront réservées au cours d'histoire, de langue et de littérature.

En réaction, la Russie a accusé Kiev de vouloir établir «un Etat unilingue dans un pays de fait multi-ethnique».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала