Mesures de Florence Parly en faveur des militaires: «de la poudre aux yeux»

© AFP 2022 BERTRAND GUAY Florence Parly
Florence Parly - Sputnik Afrique
Florence Parly a dévoilé les principales mesures de son plan sur la condition militaire: accès généralisé au Wi-Fi, places de crèches supplémentaires ou délais de préavis de mutation plus longs. Des mesures qualifiées de «poudre aux yeux» par le Collectif Femmes de militaires en colère.

French President Emmanuel Macron greets newly-named Chief of the Defence Staff French Army General Francois Lecointre near French Defence Minister Florence Parly during a visit at the military base in Istres, southern France, July 20, 2017. - Sputnik Afrique
Armée: le gouvernement sacrifie l’avenir pour gérer le présent
«Il n'y a pas de soldat efficace si les familles ne sont pas heureuses»: C'est le constat dressé par la ministre des Armées, Florence Parly, au micro d'Europe1. Un vrai enjeu à l'heure où les soldats sont de plus en plus sollicités, tant sur le front intérieur qu'en opération extérieure. Pour y répondre, la ministre a concocté un plan pour améliorer les conditions de vie des militaires et de leurs familles, qui doit être finalisé à la fin du mois d'octobre.

Au menu, l'accès généralisé au Wi-Fi, des places en crèche supplémentaires ou encore l'allongement du délai de préavis de mutation. Pour Laetitia, présidente du collectif «Femmes de militaires en colère», pas de doute,

«Ce ne sont pas des mesures c'est de la poudre aux yeux.»

En effet, comme nous l'explique la présidente du collectif, certaines de ces mesures existaient déjà comme Internet, puisque dès 2008, elle utilisait Skype comme moyen de communication avec son mari déployé en Afghanistan. Une mesure d'autant plus compliquée à généraliser à tous les sites militaires que la quasi-totalité des réseaux Wi-Fi est vulnérable à des attaques qui permettent aux hackers d'avoir accès à certaines données sensibles. Parlant de Secret-Défense…

Par ailleurs, la proposition de la ministre des Armées concernant les places de crèches supplémentaires, qui sur le principe, pourrait être salutaire pour les familles de militaires, pose des problèmes en termes de réalisation:

«Elle [Florence Parly, ndlr] va construire des crèches? Lorsque l'on connaît les délais pour une place en crèche, que l'on soit militaire ou non, je ne vois pas pourquoi on ferait de la discrimination envers d'autres. Qu'est-ce que l'on va faire? On va réserver des places en crèches pour les militaires? C'est infaisable, tout le monde le sait. C'est totalement idéologique et stupide.»

French President Emmanuel Macron (R), French Minister of the Armed Forces Florence Parly (C) and newly-named Chief of the Defence Staff French Army General Francois Lecointre (L) review troops as they arrive at the military base in Istres, southern France, July 20, 2017. - Sputnik Afrique
La crise entre les militaires et le Président Macron
La présidente du collectif tient à rappeler que le problème le plus important est celui de la solde des militaires, car «le bien-être des familles commence par le salaire qui vient à la fin du mois.» Et pour cause, le système de paiement de solde des militaires (Louvois) engendre de nombreuses erreurs qui impactent la vie quotidienne des familles de militaires. Un point sur lequel Florence Parly est restée muette.

«Pour que nos familles soient épanouies, il faut avoir son salaire. Aujourd'hui, nous avons soit des moins-perçus, soit des trop-perçus, des "terrains" [soldat sur le terrain, ndlr] qui ne sont payés que quatre ou six mois après. Les Sentinelles c'est la même chose, les OPEX aussi.»

Et la situation n'est malheureusement pas prête de s'améliorer, comme le déplore Laetitia.

«On nous explique que l'on reprend du Louvois pendant un certain temps. On utilise un nouveau logiciel, qui s'appelle Solde Source qui est expérimenté actuellement dans la marine nationale et c'est déjà une grosse catastrophe qui arrive partout en 2019 jusqu'en 2021.»

Au-delà de ces mesures, que les «Femmes de militaires en colère» jugent «très malvenues», c'est le manque de concertation qui irrite les membres du collectif. En effet, malgré leur tentative d'alerter le Premier ministre, qui avait d'ailleurs expliqué qu'il allait les inclure dans le processus, «aujourd'hui, nous sommes exclues et non inclues» regrette Laetitia.

«Nous savons très bien que cela ne va pas se régler d'un coup de baguette magique. Nous sommes prêtes à écouter les propositions, mais que l'on écoute aussi les nôtres. On aurait pu avancer sereinement, mais ce n'est pas le cas, on a voulu nous passer dans le dos, en disant: "regardez, on essaie de faire quelque chose", mais c'est ridicule», conclut Laetitia.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала