Un conseiller de Barzani dévoile les vrais motifs du référendum kurde

© REUTERS / Ahmed JadallahKurds celebrate to show their support for the upcoming September 25th independence referendum in Erbil
Kurds celebrate to show their support for the upcoming September 25th independence referendum in Erbil - Sputnik Afrique
Le référendum au Kurdistan irakien ne visait pas à provoquer la sécession de la région mais devait seulement rappeler aux autorités irakiennes que les droits de ses habitants sont violés, a expliqué à Sputnik le conseiller du président du Kurdistan pour les relations avec les médias, Kefah Makhmud.

Erbil - Sputnik Afrique
Des combats éclatent entre l’armée irakienne et les Kurdes près de Kirkouk
Les autorités kurdes ont à plusieurs reprises appelé Bagdad à résoudre les problèmes du Kurdistan irakien qui se sont accumulés pendant des années «comme une boule de neige». Pourtant, quand Bagdad a de nouveau fait preuve d'indifférence, le peuple kurde a décidé de voter pour son indépendance, ce que, d'ailleurs, il voulait faire depuis longtemps, a déclaré à Sputnik Kefah Makhmud.

«La seule chose que nous avons faite a été d'organiser la tenue d'un référendum sur la sécession. Nous voulions le faire depuis longtemps à cause des violations de part de Bagdad», a-t-il indiqué.

Selon lui, Bagdad ne voulait pas résoudre les problèmes énergétiques, modifier les lois sur le pétrole et le gaz, discuter de la démarcation des frontières et du statut des zones contestées. En outre, en 2014, le gouvernement fédéral a privé la région de sa part de 17% dans le budget du pays.

«Erbil n'a pas dit à Bagdad que " demain nous nous séparons ", mais a seulement dit " organisons des pourparlers ". En réponse, des chars sont entrés dans Kirkouk, des centaines de maisons de civils ont été brûlées et 100.000 personnes ont fui la province», a poursuivi Kefah Makhmud.

Kurdistan irakien - Sputnik Afrique
Le Kurdistan irakien refuse d'annuler les résultats du référendum

Il a ajouté que «Bagdad ne cherche pas à normaliser la situation au Kurdistan irakien. La situation évolue dans une direction très dangereuse». Pourtant il a indiqué que ce serait «un suicide politique» d'appeler à la sécession de la région.

Lundi, des militaires irakiens et les milices chiites pro-gouvernementales, les Hachd al-Chaabi, ont lancé une offensive dans la province de Kirkouk et ont repris aux Peshmergas, pratiquement sans résistance, plusieurs sites pétroliers, une base militaire et le chef-lieu de la province, la ville de Kirkouk.

Le conflit entre Bagdad et la région autonome kurde au sujet de l'appartenance de la province disputée de Kirkouk s'est aggravé après la tenue, le 25 septembre, du référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien organisé sans l'accord de Bagdad. La population de la région autonome a voté à plus de 92% en faveur de son indépendance.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала