Les traces «télépathiques» du Kremlin dans l'attaque contre une journaliste russe?

© SputnikMoskauer Kreml
Moskauer Kreml - Sputnik Afrique
Une journaliste russe, animatrice de la radio Écho de Moscou, a été poignardée par un homme l'accusant de «persécution télépathique sexuelle», le grave évènement semble-t-il digne d'une quelconque compassion? La presse mainstream préfère plutôt mettre en valeur un autre détail de cette tragédie.

Журналист Татьяна Фельгенгауэр - Sputnik Afrique
Une journaliste russe d'Écho de Moscou poignardée à la gorge sur son lieu de travail
Les médias mainstream ont pour la plupart réagi à l'attaque contre Tatiana Felguengaouer, animatrice et rédactrice en chef adjointe de la radio russe Écho de Moscou, poignardée lundi en pleine journée de travail par un inconnu. L'assaillant a motivé son geste par sa répugnance de sa victime qui l'avait prétendument persécuté de façon «télépathique sexuelle» pendant longtemps. Or, la réaction médiatique s'avère assez unanime, mettant en exergue le fait que la journaliste n'était pas favorable au gouvernement russe plutôt que le caractère tragique de l'attaque.

«Russie: agression au couteau contre une journaliste critique envers le Kremlin», lance Le Parisien, tandis que la voix passive tait l'auteur de l'action, tout en suggérant le coupable. Sud Ouest emboîte le pas en titrant «Russie: une journaliste d'une radio critique du pouvoir poignardée». En cela, Le Parisien précise loin dans la suite de l'article que l'attaque est le fruit de la «haine personnelle» de l'assaillant.

Le Soir n'échappe pas non plus à la tendance de mentionner la position plutôt critique de la femme à l'égard du Kremlin: «Russie: un homme poignarde une journaliste d'une radio critique du pouvoir».

Kiev - Sputnik Afrique
Encore un journaliste russe expulsé d’Ukraine, une «discrimination» selon Moscou
Le média anglophone Business Insider préfère être plus précis: «Une journaliste vedette russe, qui critique régulièrement Poutine, a été poignardé à la gorge». L'article est illustré par une photo du dirigeant russe avec un visage concentré et légèrement mécontent.

Parmi les trois points clés en haut de l'article, le site choisit d'écrire que la radio Écho de Moscou est «la seule radio indépendante» en Russie et «un critique vocal du Président russe». Ceci à la place de parler de l'état de santé de la journaliste, par exemple, et malgré le fait qu'il y ait en réalité d'autres radios et médias indépendants et critiques en Russie, tels que la radio Liberté ou la chaîne Dojd où a longtemps travaillé la candidate à la présidentielle russe de 2018 Ksénia Sobtchak.

Телеведущая Ксения Собчак перед началом XIV ежегодной национальной телевизионной премии в области популярной музыки МУЗ-ТВ 2016. Энергия будущего в Москве - Sputnik Afrique
Actrice, animatrice, Présidente? Le parcours de la «Paris Hilton russe», rivale de Poutine
Le Telegraph commence par l'essentiel disant «Une journaliste critique du Kremlin poignardée dans le bureau d'une radio de Moscou», pour ensuite canaliser la logique: l'attaque survient «après que des morceaux hostiles à l'égard de la radio ont été diffusés par la télévision d'État».

La santé mentale de l'agresseur, Boris Grits, 48 ans, possédant la double nationalité israélienne et russe, semble également passée sous silence. Creusons alors un peu dans ses motivations. Lors de l'interrogatoire, l'homme a affirmé que c'était «la persécution télépathique à caractère sexuelle» de l'animatrice de la radio Écho de Moscou, qui durait depuis des années, qui l'avait poussé à l'attaquer.

La journaliste de la chaîne RT, Irina Galoushko, a de son côté exprimé son espoir que les médias mainstream cessent de foncer sur la ligne «Elle [Tatiana Felguengaouer, ndlr] a été ciblée par les agents de Poutine» et a passé ses vœux de prompt rétablissement à la journaliste blessée.

La rédactrice en chef de Sputnik et de RT, Margarita Simonian, a écrit sur son compte Twitter: «Ce qui est arrivé à Tatiana Felguengaouer est horrible et affreux. Nous sommes avec vous, Alexeï Venediktov [rédacteur en chef de la radio, ndlr], on souhaite un bon rétablissement à Tania [Tatiana Felguengaouer]».

L'animatrice de la radio russe Écho de Moscou Tatiana Felguengaouer a été poignardée lundi dans la rédaction située dans le centre-ville par un inconnu. Elle a été blessée au cou et hospitalisée, mais son pronostic vital n'est pas engagé. L'assaillant, Boris Grits, a réussi à entrer dans la rédaction après avoir aspergé de bombe lacrymogène le gardien. Il a pénétré ensuite dans le bureau de Tatiana Felguengauer et l'a poignardée, sans rien dire. L'homme possède la double nationalité israélienne et russe.

Les journalistes de Sputnik ne peuvent pas rester indifférents face au drame qu'a vécu leur confrère. La rédaction de Sputnik France exprime sa profonde compassion et son soutien à Tatiana Felguengaouer et lui souhaite une bonne et prompte guérison.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала