La visite du Président égyptien en France indigne les ONG

© AFP 2022 Philippe LOPEZFrench President Emmanuel Macron (R) shakes hands with Egypt's President Abdel Fattah al-Sisi (L) as he welcomes him upon his arrival ahead of talks at the Elysee Palace in Paris, on October 24, 2017.
French President Emmanuel Macron (R) shakes hands with Egypt's President Abdel Fattah al-Sisi (L) as he welcomes him upon his arrival ahead of talks at the Elysee Palace in Paris, on October 24, 2017. - Sputnik Afrique
La visite du Président Abdel Fattah al-Sissi en France suscite l’indignation des ONG. Elles accusent le gouvernement égyptien de ne pas respecter les droits de l’homme en ayant recours notamment à la torture. L’Égypte étant un allié important face au terrorisme, la France peut-elle passer outre ces accusations?

La venue du Président égyptien indigne les ONG. Abdel Fattah al-Sissi, qui a entamé une visite officielle de trois jours en France, crée la polémique. En effet, plusieurs ONG dont Human Rights Watch (HRW) dénoncent les violations des droits de l'homme ainsi qu'une dérive répressive en Égypte. Ils accusent notamment les forces de sécurité égyptiennes d'avoir recours de «façon systématique» à la torture ou encore de pratiquer des exécutions extrajudiciaires, sans parler des arrestations pour des orientations sexuelles présumées.

An armed policeman secures the Coptic church that was bombed on Sunday in Tanta, Egypt April 10, 2017 - Sputnik Afrique
Attaque en Égypte: une guerre totale lancée par les islamistes contre le gouvernement
Malgré cet état de fait, Emmanuel Macron déclarait après sa rencontre à l'Élysée, ce mardi, avec le Président égyptien que, «bien souvent, avec les meilleurs sentiments du monde, nous avons su créer la situation que nous connaissons en Irak, en Libye, ou à vouloir donner des leçons hors de tout contexte, et à mettre à bas des systèmes politiques qui ne partageaient pas nos valeurs. Nous avons créé l'anomie, des morts encore plus certaines et de la violence radicale.

http://www.francetvinfo.fr/monde/egypte/video-macron-ne-donne-pas-de-lecons-sur-les-droits-de-l-homme-au-president-egyptien-al-sissi_2435165.html

La France doit-elle faire fi de la dérive répressive en Égypte afin de combattre le terrorisme?

Baby boom - Sputnik Afrique
Alarmante explosion démographique en Égypte: une loi à elle seule ne sera pas une solution
Comme le rappelle Jean-Bernard Pinatel, général et expert sur les questions géopolitiques, il faut prendre en compte la «réalité des dossiers à traiter sur le plan international et sur le plan de la sécurité.» En effet, l'Égypte est la cible du terrorisme islamique.

«L'Égypte est le deuxième pays le plus touché par le terrorisme islamique dans le bassin méditerranéen après la Syrie (…). En 2015, il y a eu 354 morts en Égypte du fait du terrorisme, notamment les coptes et dans le Sinaï. À titre de comparaison, en France, nous en avons eu 254 en quatre ans.»

Malgré la situation jugée catastrophique en Égypte par les ONG, Bénédicte Jeannerod, responsable France de HRW, déclarait d'ailleurs à ce propos qu'Emmanuel Macron «ne devrait pas poursuivre la scandaleuse politique de tolérance de la France envers le gouvernement répressif» égyptien. Pourtant, Jean-Bernard Pinatel tient à souligner l'importance de l'Égypte.

L'Égypte est un allié très important dans la lutte contre le terrorisme. L'Égypte est le pays où ont été créés les Frères musulmans dans les années 30.

Et d'ajouter,

Les Frères musulmans se donnent comme objectif de chasser les juifs de Palestine et d'installer partout dans tout le monde des États islamiques fondés sur la charia. D'ailleurs, le Président al-Sissi a eu une formule excellente: "un djihadiste est un frère musulman en phase terminale".»

An ambulance passes through riot police as Christians shout slogans in front of Cairo’s Coptic Cathedral after an explosion inside the cathedral in Cairo - Sputnik Afrique
Attentat du Caire: l'église copte de France entre émotion et colère
Suffisant pour légitimer le recours à la torture par les forces de sécurités égyptiennes? Pour Jean-Bernard Pinatel, il faut dénoncer les violations des droits de l'homme «car il est bon de rappeler les valeurs de nos pays démocratiques». Malheureusement, de nombreux pays ne sont pas exempts de tous reproches.

«Amnesty International considère que sur les 192 pays membres de l'Onu, 113 pratiquent la torture. Si la France s'interdisait de parler à 113 pays du monde, on pourrait effectivement faire beaucoup d'économie sur nos relations internationales […]. Toutefois, ce n'est pas parce que c'est pratiqué par 113 pays qu'il ne faut pas le dénoncer mais ce n'est pas pour autant qu'il faut mettre ces pays à l'index parce que l'on a un ennemi qui pratique des atrocités bien supérieures, c'est l'islamisme radical.»

La France semble donc continuer à ériger les droits de l'homme comme valeurs universelles sans vouloir donner de leçon à l'Égypte.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала