Nucléaire iranien: un retrait US provoquerait un recul de plusieurs dizaines d'années

Les sénateurs russes jugent extrêmement dangereuse l’initiative de Donald Trump d’adopter des sanctions contre Téhéran et appellent le Sénat américain à résister à une telle démarche.

La communauté internationale, y compris le Congrès des États-Unis, doit œuvrer pour préserver l'accord sur le nucléaire iranien, car le renoncement à cet accord compliquera le règlement de problèmes analogues dans d'autres États, lit-on dans une déclaration adoptée mercredi par le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

Téhéran - Sputnik Afrique
Après les propos de Trump sur le nucléaire, Téhéran affirme «se préparer à tout»
La nouvelle stratégie adoptée par Donald Trump à l'égard de l'Iran remet en cause la mise en œuvre de cet accord car elle prévoit la possibilité pour les États-Unis d'engager des actions unilatérales, en violation du Plan global d'action conjoint, et même le retrait de ce plan.

Une telle démarche provoquerait une riposte de l'Iran et rejetterait la situation à des dizaines d'années en arrière, estiment les législateurs russes.

Le Conseil de la Fédération appelle le Congrès à engager toutes les ressources possibles pour prévenir une situation extrêmement dangereuse, souligne la déclaration.

Selon les parlementaires, aucune raison ne justifie un arrêt de la coopération avec l'Iran sur son programme nucléaire. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a confirmé que Téhéran respectait ses engagements dans le cadre de l'accord en question.

Ali Larijani - Sputnik Afrique
Accord sur le nucléaire: un plan d'action iranien prévu en cas de retrait des USA
Les sénateurs russes appellent également les Parlements chinois, français, allemand, britannique et européen à «user de leur influence sur les dirigeants politiques de leurs États pour préserver cet accord historique».

Le Président américain avait annoncé la «non-certification» des engagements de l'Iran dans le cadre de l'accord sur son programme nucléaire, sans pour autant mettre en doute le respect des ententes par Téhéran au niveau international. En outre, il a incité le Congrès à durcir les conditions de l'accord et a dit que Washington introduirait de nouvelles sanctions contre Téhéran pour son soutien au terrorisme. En réaction à ces propos, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a indiqué que l'Iran pourrait envisager son retrait du Plan global d'action conjoint.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала