46 morts dans l'incendie d'une usine de feux d'artifice en Indonésie

© AP Photo / Tatan SyuflanaPolice officers and rescuers inspect the site of an explosion at a firecracker factory in Tangerang, on the outskirts of Jakarta, Indonesia
Police officers and rescuers inspect the site of an explosion at a firecracker factory in Tangerang, on the outskirts of Jakarta, Indonesia - Sputnik Afrique
Au moins 46 personnes ont été tuées et des dizaines blessées dans le violent incendie qui a ravagé jeudi une usine de feux d'artifice à la périphérie de Jakarta, provoquant des explosions et d'épais dégagements de fumée noire, a indiqué la police indonésienne.

L'incendie s'est déclaré vers 09H00 (02H00 GMT) dans un complexe industriel à Tangerang et les pompiers ont lutté pendant plusieurs heures contre les flammes avant d'éteindre le feu en fin d'après-midi.

​Le dernier bilan s'élèvait à 46 morts, a déclaré chef de la police de la ville de Tangerang, Harry Kurniawan, après avoir fait état auparavant de 47 morts.

"Il y a 46 sacs mortuaires, nous sommes toujours sans nouvelles de 10 personnes, les évacuations se poursuivent", a-t-il déclaré à l'AFP.

Un total de 103 ouvriers travaillait dans cette usine, a déclaré de son côté un responsable de la police de Jakarta, Nico Afinta, à la chaîne de télévision indonésienne Kompas TV.

Un pompier sur place a indiqué que les victimes avaient été calcinées et ne pouvaient être reconnues: "ceux qui sont morts sont complètement brûlés, totalement méconnaissables", a déclaré ce pompier, Oni Sahroni, à la chaîne de télévision Metro TV.

Des bâtiments de l'usine se sont en partie effondrés, des tôles ondulées du toit ont été arrachées, des véhicules stationnés aux alentours ont été calcinés et un épais nuage de fumée noire s'est dégagé dans l'atmosphère.

Un habitant du quartier, Beni Benteng, a déclaré à l'AFP avoir entendu une explosion et des personnes à l'intérieur de l'usine crier à l'aide.

"Mes amis et moi et des policiers avons cassé un mur pour que des gens puissent s'échapper, des ouvriers sont ensuite sortis. J'ai vu des gens et parmi eux des femmes sauter de haut, oh mon Dieu", a raconté Beni.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала