Washington-Téhéran, derrière la crise des accords de Vienne, 40 ans de conflit larvé

© Sputnik . Vladimir Fedorenko / Aller dans la banque de photosTéhéran
Téhéran - Sputnik Afrique
Donald Trump a décidé de ne pas certifier l’accord sur le nucléaire iranien, ouvrant la voie à de nouvelles sanctions du Congrès contre Téhéran. Au-delà du nucléaire, la posture de Donald Trump n’est que le dernier épisode d’une crise ininterrompue depuis 1979. Analyse de Hervé Ghannad, auteur de «Identité et politique extérieure de l’Iran».

Donald Trump appelait «toutes les nations dotées d'un sens des responsabilités» à «isoler l'Iran», qu'il accusait d'attiser «les feux du conflit sectaire et du terrorisme». Lors de son discours à Ryad, le 21 mai, le Président américain évoquait devant les représentants d'une cinquantaine de nations musulmanes, ni plus ni moins, une «bataille entre le Bien et le Mal». Dans cette logique, le locataire la Maison-Blanche a refusé de certifier l'Accord sur le nucléaire qu'il entend «déchirer».

«Trump revient à cette théorie du grand Satan et il le déclare en Arabie Saoudite, pays grâce auquel et à travers lequel il vend 110 milliards de dollars d'armes»,

analyse pour Sputnik Hervé Ghannad, directeur des programmes à Weller International Business School (WIBS) et auteur de plusieurs livres, dont «Identité et politique extérieure de l'Iran» (2013, Studyrama).

Téhéran - Sputnik Afrique
Nucléaire iranien: un retrait US provoquerait un recul de plusieurs dizaines d'années
Il revient ainsi sur ce qui apparaît n'être, finalement, que la prolongation d'un conflit diplomatique et indirectement armé qui oppose Washington et Téhéran depuis la révolution iranienne et l'humiliation d'une prise d'otage que l'Oncle Sam n'est visiblement pas près de pardonner.

Mais les États-Unis seront-ils suivis? On peut en douter, tant aux quatre coins du monde, de Paris à Pékin, en passant par le Pentagone et le Kremlin, des voix s'élèvent pour défendre le fameux accord de Vienne. Un accord qui mettait un terme à près de douze années de crise diplomatique entre Téhéran et les chancelleries occidentales et qui ouvrait les portes du marché iranien aux entreprises internationales. Aller contre la volonté internationale serait un pari risqué pour Trump et le Congrès, selon Hervé Ghannad:

«Est-ce que le Congrès va prendre le risque d'annuler un accord signé par un ensemble de pays? […] s'ils le font, ils prennent le risque de se discréditer.»

Un risque d'autant plus élevé que derrière les défis diplomatiques se cachent —assez mal- des enjeux économiques de premier plan:

«L'Iran va créer un appel d'air, de grandes entreprises telles Boeing, car il y a Airbus, de grandes entreprises métallurgiques, d'acier, d'automobiles, les chercheurs, la pétrochimie… vous voulez que l'Amérique passe à côté de ça? Je n'en suis pas si sûr.»

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала