Pour Damas, Raqqa reste une ville occupée

© REUTERS / Erik De CastroA fighter of Syrian Democratic Forces stands amidst the ruins of buildings near the Clock Square in Raqqa, Syria October 18, 2017
A fighter of Syrian Democratic Forces stands amidst the ruins of buildings near the Clock Square in Raqqa, Syria October 18, 2017 - Sputnik Afrique
Pour les autorités syriennes, la ville de Raqqa reste un territoire occupé et son statut ne sera changé que lorsque l’armée gouvernementale y rétablira son contrôle.

soldat US en Syrie - Sputnik Afrique
Après Raqqa, la coalition US envisage une nouvelle offensive en Syrie
Tant que la ville de Raqqa ne repassera pas sous le contrôle de l’armée gouvernementale, cette ville sera considérée par Damas comme occupée, relate l’agence d’information Sana, se référant à des sources au sein du ministère syrien des Affaires étrangères.

«La Syrie confirme que la ville de Raqqa reste occupée. Nous ne pouvons pas la considérer comme étant libérée tant que l’armée syrienne, qui combat Daech, n’y est pas entrée», indique l’agence citant des sources diplomatiques.

Et d’ajouter que les informations sur la libération de la ville du joug de Daech sont «un mensonge qui a pour but de détourner l’attention internationale des crimes de la soi-disant coalition et de ses alliés dans le gouvernorat de Raqqa».

Raqqa - Sputnik Afrique
Moscou: Raqqa a vécu le destin de Dresde, détruite en 1945 par les bombardements US-UK
Le ministre syrien de l’Information, Mohammed Ramiz Tarjaman, avait antérieurement déclaré à Sputnik que Damas ne reconnaissait aucune agglomération syrienne comme libérée tant que les troupes syriennes n’y étaient pas entrées. Il a souligné que le départ des terroristes de Daech de Raqqa pouvait être perçue comme une chose positive, soulignant toutefois qu’il fallait que la ville soit prise par l’armée gouvernementale peu importe qui s’y trouve, Daech ou toute autre fraction ou organisation.

Plus tôt, les Forces démocratiques syriennes (FDS) avaient annoncé la libération complète de Raqqa des terroristes et ce avec le soutien de la coalition internationale dirigée par les États-Unis. Le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a alors déclaré que la coalition avait remporté la victoire à Raqqa en la faisant tout simplement disparaître de la face de la Terre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала