Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Moscou met en garde contre une provocation dans la zone de désescalade d’Idlib en Syrie

© AFP 2021 ILYAS AKENGINDes soldats et des véhicules blindés turcs près de la frontière syro-turque
Des soldats et des véhicules blindés turcs près de la frontière syro-turque - Sputnik France
S'abonner
Alors que la situation dans la zone de désescalade d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, reste encore tendue, Moscou espère que la Turquie remplira ses engagements et parviendra à empêcher de nouvelles hostilités.

Le risque de nouvelles attaques de la part des groupes radicaux reste toujours élevé dans la province syrienne d'Idlib, où la Turquie a commencé à la mi-octobre à déployer ses troupes dans le cadre d'une mission d'observation prévue par les accords d'Astana.

«Nous avons en effet réussi à stabiliser considérablement la situation sur le terrain. Il existe, certes, des difficultés liées aux actions provocatrices de certains groupes qui se trouvent dans des zones de désescalade», a indiqué à RT Alexandre Lavrentiev, envoyé spécial du Président russe sur le dossier syrien.

Selon le responsable, la Russie chercherait à mettre fin aux «processus négatifs de ce type», bien que la situation dans la zone de d'escalade d'Idlib reste à ce jour assez complexe, car la Turquie n'a pas achevé l'installation de ses postes d'observation.

Ситуация в Пальмире - Sputnik France
Prédisant la défaite de Daech, Moscou prône l’implication des Kurdes dans l’après-guerre
«Par conséquent, le niveau de tension reste assez élevé et il subsiste un risque d'offensive de la part des groupes radicaux qui y sont déployés. Nous espérons cependant que nos partenaires turcs mèneront à bien leur série d'engagements en ce qui concerne la zone de désescalade d'Idlib et stabiliseront la situation sur place».

L'armée turque a entrepris de mettre sur pied ce mois-ci des postes d'observation dans la région d'Idlib, en vertu d'un accord avec la Russie et l'Iran visant à limiter les combats entre les insurgés et l'armée syrienne. Certains experts ont pourtant interprété ce déploiement comme une opération destinée pour partie à contenir la milice kurde des YPG (Unités de protection du peuple).

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала